En Iran, “la joie de lire” victime des sanctions de Donald Trump

Nicolas Gary - 19.12.2018

Edition - International - Iran éditeurs inflation - Donald Trump Iran - livre lecture Iran


À la tête de Nogaam e-Publishing, maison d’édition qu’elle a fondée à Londres en décembre 2012, Azadeh Parsapour est originaire d’Iran. Elle a reçu en septembre dernier le Jeri Laber Award. Cette récompense émanant de l’Association of American Publishers encourage à la liberté de publication.

Teheran - Livre Paris 2016
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Dans un long billet, l’éditrice revient sur la relation entre la lecture et le plaisir du livre en Iran. Du 15 au 22 novembre dernier s’ouvrait en effet la semaine nationale du livre dans le pays. Avec pour thématique La grande joie de lire, cet événement est le deuxième plus important dans le pays, après la foire internationale du livre de Téhéran.

Sauf que... « Il s’est passé quelque chose d’autre en novembre, qui pourrait soustraire la joie de lire aux Iraniens, dans un avenir proche, et pousser l’industrie de l’édition au bord de la faillite », explique-t-elle.
 

Donald Trump a encore frappé


Les États-Unis ont en effet instauré de nouvelles sanctions, précédemment levées. Elles imposent des restrictions sur l’achat de dollars par l’Iran, sur le commerce de l’or et d’autres métaux précieux, mais également la vente à l’Iran de pièces automobiles, d’avions commerciaux et des services liés. Elles frappent aussi les produits pétroliers et pétrochimiques en provenance d’Iran.

Début mai, Donald Trump avait déjà officiellement annoncé le retrait du plan d’action global commun, l’accord sur le nucléaire conclu avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies. Et la monnaie locale a rapidement dévissé.

À l’hiver dernier, le taux de change entre dollar et rial iranien était de 1 pour 40.000. Il est désormais passé à 1 pour 120.000 : une inflation colossale que le gouvernement est tout de même parvenu à maîtriser, tant bien que mal. Mais cette hausse se poursuit, et touche tous les secteurs économiques.
« Les éditeurs n’ont pas fait exception. Même avant ce chaos politique et économique, le tirage moyen d’un livre en Iran n’était que de 1000 exemplaires, manuels scolaires exclus », poursuit l’éditrice. « La hausse de l’inflation entraîne l’augmentation des salaires et des facturations, mais surtout, la flambée des prix du papier porte l’industrie sur une voie difficile et douloureuse. »
 

Des tirages en berne, un pays en deuil


Le papier importé représente la quasi-totalité de ce que l’industrie de l’édition et de la presse utilise. Malgré les subventions accordées par le gouvernement, il devient difficile de maintenir le tarif à un prix accessible. Et « des temps désespérés appellent des mesures désespérées ». Si le gouvernement doit procéder à des arbitrages, le papier pourrait ne pas être une priorité pour la population.

D’autant que les aides gouvernementales ouvrent la porte « à la corruption sur un marché instable. Au début de l’été, les éditeurs ont paniqué en raison d’une pénurie de papier. Plus tard, le gouvernement a publié une liste d’entreprises ayant perçu des aides pour l’achat de papier. Évidemment, il s’y trouvait des noms qui n’étaient pas liés à des sociétés de presse, d’édition, ni d’éducation. Personne ne sait qui ils sont et ce qui est advenu du papier acheté. »
 
Si les journaux ont augmenté leur prix de vente, deux d’entre eux ont cessé de paraître. Les éditeurs envisagent de réduire leur tirage, pour passer autour de 400 à 500 exemplaires, ou d’augmenter le prix de vente. « 400 exemplaires d’un livre destiné à un pays de 80 millions d’habitants rendent le slogan “La grande joie de lire” absurde. Une ombre d’incertitude s’est répandue sur le secteur de l’édition en Iran, parmi de nombreuses autres entreprises. »

Et l’éditrice de conclure : « Je me demande quel serait le slogan de l’année prochaine. Personnellement, j’opte pour “La joie de survivre”. » Les relations avec l'Europe pourraient apporter quelques solutions.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.