Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

En Islande, le marché du livre vit une fonte des glaciers depuis 2010

Victor De Sepausy - 24.08.2017

Edition - Economie - industrie édition islande - vente livres Islande - marché baisse ventes


Deux chiffres terribles indiquent que la terre d’Islande ne va pas fort. Connue pour être le 3e pays le plus amateur de livres au monde, l’Islande vit cependant de tristes heures. Depuis 2010, le marché s’est littéralement effondré, perdant 43 % des ventes en l’espace de sept ans. Et qui est en cause ? Smartphones et tablettes...

 

Vestrahorn, Iceland
Emmanuel Milou, CC BY SA 2.0
 

 

Le chiffre d’affaires des éditeurs sur l’île a souffert – et ce n’est pas parce que l’hiver arrive : depuis 2008, les maisons encaissent une diminution de 38 % de leur chiffre d’affaires, du fait de l’inflation.

 

Voilà sept ans, un Islandais achetait en moyenne 8 livres par an. L’an passé, les statistiques sont passées à 4,2 livres annuels. Or, au cours de la même période, la consommation de data internet a été multipliée par 19. Donc ? 

 

Islande : ils impriment des livres chaque pleine lune, et les brûlent au cognac 

 

Pour Sylvia Kristín Ólafsdóttir, responsable du développement des produits Kindle chez Amazon, les mobiles et les tablettes ont une grande influence sur les habitudes de lectures des Islandais. Une situation qui se vérifie un peu partout dans le monde – récemment, les statistiques du Canada montraient la hausse de consommation de ces appareils.

 

On passe plus de temps sur son mobile, et dans le pays, télévision, films et séries exercent une forte concurrence sur la lecture. De fait, les épisodes palpitants à suivre parviennent à capter plus aisément l’attention des anciens lecteurs. Faudra-t-il poser un jour la question de l’attractivité de ces séries, et de leur capacité à monopoliser l’esprit ? Les livres ont-ils perdu un peu de leur pouvoir magique – celui de raconter des histoires qui emportent ?

 

Sylvia Kristín Ólafsdóttir estime que l’Islande est entrée dans l’ère de Netflix. Cette possibilité d’accéder aux séries et films en permanence, sur une multitude d'appareils, malmène la présence du livre et de la lecture. 

 

Et de se tourner vers les éditeurs, pour qu’ils envisagent de nouvelles manières de publier et de nouvelles œuvres. Des solutions innovantes pour conserver l’attention des lecteurs seraient bienvenues, de même qu’il faut s’adapter pour atteindre de nouveau les lecteurs.

 

Habitudes de lecture : quel pays lit le plus de livres ?


L’un des enjeux reste la question tarifaire : avec le développement des offres d’abonnement, Netflix, Spotify et consorts, les consommateurs prennent le pli de ne plus s’acquitter de montants trop importants pour leurs moments de détente. Sylvia Kristín Ólafsdóttir souligne que « lorsque les gens cherchent un livre d’un genre spécifique, comme le polar », le prix devient un véritable argument.


via RUV