En Israël, une poétesse arabe israélienne condamnée à 5 mois de prison

Antoine Oury - 31.07.2018

Edition - International - Israël poète arabe - poète arabe prison israel - Dareen Tatour prison


Le ministère de la Justice israélien a fait part de la sentence prononcée par un tribunal du pays à l'encontre de Dareen Tatour, une poétesse arabe israélienne jugée coupable d'encouragement au terrorisme. La jeune femme, qui fait partie de la minorité arabe du pays, avait publié des lectures de ses poèmes en 2015, alors que plusieurs actes violents à l'encontre d'Israéliens étaient perpétrés par des Palestiniens.


Dareen Tatour (Pen International)



Plusieurs organisations internationales s'étaient mobilisées pour l'acquittement de Dareen Tatour, accusée d'incitation au terrorisme par l'État d'Israël. Arrêtée le 11 octobre 2015 à son domicile de Reineh, non loin de Nazareth, Tatour publiait régulièrement sur les réseaux sociaux ses poèmes et des lectures qu'elle filmait et réalisait elle-même. L'un de ses textes, publié en 2015, à un moment de grandes tensions entre Israël et la Palestine, était dans le viseur de l'État israélien.

 

Dans une vidéo YouTube, Dareen Tatour lisait son poème intitulé « Qawim ya sha’abi, qawimhum » (« Résiste, mon peuple, résiste-leur »), tandis que des images de la résistance palestinienne défilaient. Partisane de l'union du peuple arabe contre la répression de l'État israélien, Tatour a rapidement attiré l'attention des autorités. D'autant plus que les actions violentes de Palestiniens contre des citoyens israéliens se multipliaient alors.

 

Accusé d'incitation à la violence et au terrorisme, Dareen Tatour a toujours nié de telles interprétations de ses poèmes, affirmant qu'au contraire, elle appelait à une résistance non-violente. Quoi qu'il en soit, la poète et les organisations non gouvernementales qui lui avaient apporté leur soutien mettaient en avant la liberté d'expression pour condamner l'attitude d'Israël.

 

« Je ne m'attendais pas à ce que la justice soit faite. Mon cas est politique depuis le départ, car je suis palestinienne et je défends la liberté d'expression », a affirmé Dareen Tatour à l'agence Reuters, après le prononcé du tribunal. Ce dernier a prononcé une condamnation de 5 mois fermes, avec l'ajout d'une période de sursis de 6 mois. L'avocat de Tatour, Gaby Lasky, a annoncé que sa cliente ferait appel du verdict et de la condamnation.

 

Israël : intellectuels et auteurs rugissent
contre la loi État-nation juif

 

« Des mots comme ceux de Dareen Tatour ont été utilisés par d'autres poètes révolutionnaires, pendant la guerre du Vietnam, et pendant d'autres guerres de libération : ils peuvent être trouvés dans les œuvres de Sufiya Kamal du Bangladesh ou d'Ernesto Cardenal du Nicaragua », avait déclaré Jennifer Clement, présidente du PEN International, organisation de défense de la liberté d'expression, en septembre 2016.
 

 




Commentaires

À l´equipe d´Àctualitté,

j,accompagne depuis longtemps la question Israel\Palestine (je l,a nomme comme ça), surtout sur les pages du Haaretz, le meilleur quotidien israélien.

Il ne s,agit seulement de Dareen Tatour, évidemment. Il y a la loi sur l,´Etat-Nation, dont vous vous occupez et d,autre, la loi sur le recours a une mère porteuse, l,affaire Tamimi, l,avancée sur les territoires occupés, etc.

Il faut s,occuper plus frequement (je veux dire la presse étrangère, ceux qui se mobilisent pour les droits humains) de ces questions.

Cela nous aidera à l,intérieur du pays.

Salut!

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.