En Italie, éditeurs et chaînes de télévision signent un Pacte pour la lecture

Clément Solym - 25.05.2016

Edition - International - livres télévisions spectateurs - Italie livres éditeurs - programmes télé jeunes


« À la télévision, le livre est partout, et la littérature quasiment nulle part. [...] Une émission de bricolage peut fort bien inviter un écrivain », assurait Éric Naulleau. Pas vraiment un gage de qualité, mais au moins l’assurance d’un peu d’audience pour un écrivain. C’est en ce sens que les autorités italiennes travaillent aujourd’hui sur un pacte visant à renforcer la présence du livre à la télévision. 

 

reflect of books in tv

Marc Oh!, CC BY ND 2.0

 

 

Federico Motta, président de l’Associazione Italiana Editori, le syndicat des éditeurs, ne cache pas son plaisir. « Ramener les livres dans la vie quotidienne des Italiens est véritablement un immense défi pour arriver à développer le pays. Le pacte pour la lecture avec la télévision est un élément stratégique de ce cheminement », indique-t-il.

 

Grâce au soutien du ministre de la Culture Dario Franceschini, les éditeurs et les responsables de chaînes sont parvenus à instaurer le Patto per la lettura, ou Pacte pour la lecture. « Nous sommes profondément convaincus que ce n’est pas le développement de l’économique qui fait croître la culture, mais celui de la culture, qui pousse l’économie d’un pays », note Federico Motta. 

 

Concrètement, l’accord passé s’inscrit dans une multitude d’actions déployées depuis deux ans pour assurer au livre un plus grande place dans la vie des Italiens. L’initiative #IoLeggoPerche, partant des réseaux sociaux, cherche également à occuper un canal spécifique pour rencontrer un autre public. Plusieurs chaînes de télévision vont elles aussi se prêter au jeu.

 

La Rai, Mediaset, Sky Italia, ou encore La7 et Generale Discovery Italia étaient donc réunies avec la promesse de « créer des opportunités pour promouvoir la lecture et les livres dans tous les genres de programmes ». 

 

« Ensemble, chacun à sa mesure, nous voulons apporter une réponse. Et une réponse qui dit que la lecture est la clé pour offrir une meilleure vie aux citoyens, des personnes conscientes de leurs choix et capables de relever les défis de leur avenir, ceux du pays, de manière critique et compréhensive », poursuit le président de l’AIE.

 

Le principal objectif du Patto per la lettura, garantit le ministre Dario Franceschini, est de parvenir à toucher les gens qui ne lisent pas. Dans un communiqué, il précise que l’accord signé « répond à des engagements précis pour introduire la lecture dans des émissions plus généralistes, et plus seulement dans les programmes pour grands lecteurs. C’est une approche importante. [...] La télévision peut faire beaucoup pour les jeunes, mais pas uniquement pour eux ».

 

Les chaînes s’engagent donc à faire connaître et diffuser des informations concernant les programmes que le Centro per il libro peut mettre en place, mais également valoriser la littérature, tout particulièrement celle destinée à la jeunesse. Cela impliquera la création de programmes spécifiques, dédiés au livre, certainement, de même que des contenus culturels abonderont sur les réseaux de ces chaînes. Au-delà des livres, ce seront les auteurs ainsi que les manifestations et festivals qui profiteront de cette campagne. 

 

Les chaînes, pourtant toutes soumises aux logiques d’audience et d’audimat, assurent qu’elles feront les efforts nécessaires. « Le problème est de prendre l’habitude de la lecture et du livre, même au sein de groupes qui ne lisent pas. Et en Italie, ils sont nombreux. Le fait que nous signions avec toutes les télévisions nationales cet accord [...] est important. La lecture est bonne pour l’esprit, pour l’âme et aide à la consommation culturelle » poursuit le ministre. 

 

Quant au président de la Rai, Antonio Campo dall’Orto, il souhaite montrer un engagement total de sa chaîne. « Nous aimerions que l’ensemble de nos grilles, là où le contexte le permet, puisse accueillir ces invitations à la lecture. » Par une présence accrue à la télévision, on peut toujours espérer capter l’attention d’un plus grand nombre. En 2015, les Italiens avaient passé plus de 4 h 30 par jour devant la télévision, contre 3 h 47 pour les Français... 

 

  Pacte pour la lecture (Italie)