En mars, un café au bistro ne coûtera qu'une poésie

Cécile Mazin - 18.03.2016

Edition - International - payer café - bistro mars - lecture réciter


Si l’on n’a pas George Clooney pour assurer les ventes de son café, au moins peut-on faire preuve d’originalité. Une société autrichienne de torréfaction a décidé d’impliquer une trentaine de pays dans une initiative particulière, durant ce mois de mars. Le 21, tout client pourra devenir poète, et obtenir ainsi qu’on lui offre un café en contrepartie. 

 

 

 

Cette édition 2016 sera placée sous le parrainage de Robert Montgomery, hissé au rang d’ambassadeur officiel et chargé « d’apporter la poésie dans le quotidien de tous ». Pour ce faire, le recours à de nouveaux moyens de promouvoir l’action poétique sera l’un des axes les plus importants. De là l’idée d’offrir un p’tit kawa à toute personne qui présentera sa poésie dans l’un des établissements partenaires.

 

Alors, le projet est magique, certes, et plutôt sympathique : que l’on se calme de suite, elle n’a pas cours en France. 

 

En revanche, si l’on habite à Vienne, Shanghai, Chicago, Hambourg, Londres ou Dubaï, et même Moscou ou Istanbul, pas de problème, l’initiative portée par Julius Meinl pour la deuxième année vous sera ouverte. Une trentaine de pays sera concernée, et plus de 1000 établissements prennent part à cette opération. Dont ceux situés au Kazakhstan, en Australie ou encore en Chine, Lettonie et Lituanie... bref, 

 

Comme il se doit, deux hashtags accompagnent l’opération sur les réseaux, #PoetryForChange et #PayWithAPoem. 

 

« J’aime la manière dont Pay With A Poeme apporte une petite bulle d’oxygène, là où l’argent est remplacé par la poésie. Au lieu d’utiliser un billet de banque ou d’une carte de crédit, les gens peuvent transférer cette valeur, et l’utiliser comme un moyen de paiement. »

 

L’opération est présentée à cette adresse.