En Suisse, le prix unique du livre n'en finit pas de diviser

Clément Solym - 03.02.2012

Edition - International - Suisse - prix unique - livre


Le gouvernement s'était peu à peu rangé du côté des partisans d'une législation (voir notre actualitté), tout en laissant à ses citoyens le soin de décider via un référendum prévu le 11 mars prochain. En attendant, chaque camp martèle ses arguments…

 

La polémique a finalement été relancée par le Ministre de l'Économie Johann Schneider-Ammann (Parti libéral-radical), celui-là même qui avait soutenu à contrecœur la proposition de loi sur le prix unique du livre. S'appuyant sur le texte qui ne mentionne que les importations à titre professionnel, Schneider-Ammann a donc conclu que la législation, si elle était adoptée, ne s'appliquerait pas aux achats en ligne effectués à des fins personnelles.

 

 

Une pirouette législative pas vraiment au goût des défenseurs du prix unique : pour eux, il suffit que l'acheteur soit en Suisse pour qu'il bénéficie d'un prix fixe et unique. Et globalement moins élevé, puisque les prix helvétiques en grandes surfaces et en librairies franchisées favorisent actuellement les best-sellers au détriment des ouvrages moins rentables ou spécialisés. Et des enseignes indépendantes, qui disparaissent à vue d'œil.

 

Dominique de Buman, conseiller et vice-président du Parti Démocrate Chrétien suisse, adversaire des libéraux-radicaux, a signé une tribune intitulée « Pour le prix unique du livre » dans le quotidien Le Temps qui souligne l'« échec du marché libre » au vu des prix des ouvrages, généralement 40% plus élevés qu'en France. La Confédération suisse, organe responsable de la régulation des prix, défend elle aussi la diversité culturelle qu'offre le prix unique du livre :

 

« La réglementation du prix du livre doit permettre au plus grand nombre possible de lecteurs d'avoir accès à un marché du livre diversifié et de qualité, constitué d'un maillage serré de librairies »

 

Le nœud gordien pointé du doigt par le Ministre de l'Économie reviendra de toute façon dans le débat même si la loi est adoptée : à cause d'un texte approximatif, les achats en ligne ne devraient pas être régulés de si tôt, surtout s'ils entravent le sacro-saint accord de libre-échange avec l'Union Européenne de 1972.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.