En Turquie, journalistes et intellectuels toujours emprisonnés par Erdogan

Maxim Simonienko - 25.04.2019

Edition - International - censure turquie erdogan - liberté d'expression turquie - prison journaliste turquie


Dans un communiqué datant du 25 avril 2019, le Prix Albert Londres et la SCAM (Société civile des auteurs multimedia) ont tenu à partager leur « solidarité avec les journalistes turcs », dont un grand nombre devra retourner prochainement en prison. Parmi eux se trouve le caricaturiste et lauréat 2018 du Prix international du dessin de presse, Musa Kart, condamné à trois ans et neuf mois de prison pour « complicité de terrorisme ».
 
Carlos Latuff - domaine public
 
 
Il y a deux ans de cela, la SCAM, le Prix Albert Londres et douze personnalités du monde littéraire français s'étaient déjà exclamés : « Turquie : le journalisme n’est pas un délit ! ». Plus de trois ans après le coup d’État manqué du 15 juillet 2016, les journalistes et les intellectuels turcs continuent de subir la répression du régime mené par le Président Recep Tayyip Erdogan.

En ce jour, la SCAM, de nouveau aux côtés du Prix Albert Londres, proposent le hashtag #LibérezLesTous afin de soutenir leurs camarades journalistes turcs, forcés de retourner en prison sous peu. Voici le message diffusé, en intégralité : 
 
Le président Recep Tayyip Erdogan avait déjà tué le journalisme en Turquie, mais ça ne suffit pas aux autorités turques. La justice, qui frôle la parodie, vient de décider de remettre en prison plusieurs journalistes qui travaillaient pour Cumhuriyet du temps où celui-ci était encore un journal libre.

Si l’homme fort d’Ankara s'emploie à réduire au silence celles et ceux qui ne pensent pas comme lui dans son pays, il doit savoir que d’autres, à l’extérieur, restent vigilants sur leur sort et ne se tairont point.

Les journalistes du Prix Albert Londres s’étaient rendus à Istanbul, en octobre 2018, pour manifester leur profonde solidarité avec leurs confrères turcs menacés ou emprisonnés pour avoir simplement fait leur travail. Indignés aujourd'hui par l'acharnement du pouvoir contre la presse, le Prix Albert Londres et la Scam renouvellent leur indéfectible soutien aux journalistes qui vont devoir retourner en prison :

Önder Çelik, Mustafa Kemal Güngör, Kadri Gürsel, Emre Iper, Hakan Kara, Musa Kart, Güray Öz et Bülent Utku.

Parmi les journalistes cités, Kadri Gürsel et Musa Kart ont été respectivement parrainés par Serge July et Plantu en 2017.

Musa Kart est un ancien caricaturiste vedette du quotidien d’opposition Cumhuriyet, aujourd'hui âgé de 64 ans. Il devrait être incarcéré à Silivri, une prison de haute sécurité située à la périphérie d’Istanbul. 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.