Encourager la solidarité avec les librairies du Québec dans les entreprises

Dépêche - 21.05.2020

Edition - International - livre auteurs québec - achat local librairie - libraire indépendant soutien


Associer les citoyens à un mouvement global de retour en librairie, l’idée se cultive depuis un moment au Québec. Cette fois, deux organisations professionnelles invitent les habitants à rejoindre le mouvement. Et acheter un livre québécois, pour soutenir la filière.

LIbrairie zone libre Québec
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 - librairie à Montréal
 

Copibec, société de gestion collective et l’Association des libraires du Québec (ALQ) invitent les entreprises québécoises qui le peuvent à joindre le mouvement #jelisbleuchezlesindépendants en incitant les membres de leur équipe à acheter un livre québécois.
 
« Compte tenu de la pandémie et du nouveau report d’ouverture des librairies du Grand Montréal au 25 mai, et peut-être même plus tard, il est urgent de soutenir par tous les moyens le secteur du livre », insiste Frédérique Couette, directrice générale de Copibec. « En développant un programme d’achat de livres québécois au sein de leur organisation, les dirigeants d’entreprise ont le pouvoir de donner un coup de pouce aux acteurs de la chaîne du livre. »
 
Afin de poser un geste concret de solidarité envers le milieu du livre, Copibec et l’ALQ offrent 25 $ à chaque membre de leur équipe respective pour l’achat d’un livre québécois sur le site leslibraires.ca. Les employés sont invités à se créer un compte sur le site pour procéder à leurs achats.
 
L’Association des libraires du Québec encourage les entreprises québécoises à suivre cet exemple. « Si un grand nombre d’entreprises se montre solidaire et adhère au mouvement #jelisbleuchezlesindépendants, des milliers de nouveaux livres seront achetés », a confirmé Katherine Fafard, directrice générale de l’ALQ. « Cette initiative donnerait un sérieux coup de main à de nombreuses librairies. »
 

La lecture, un baume à partager


En ces temps incertains, la culture et le livre permettent de briser l’isolement et sont un réel baume pour beaucoup de Québécoises et de Québécois. « La lecture permet de voyager vers de nouveaux univers et de découvrir de nouvelles voix », indique Katherine Fafard. « Plonger dans un livre est un bon remède pour contrer l’isolement apporté par le confinement, pour s’évader, le temps d’un chapitre ou plus, loin de nos préoccupations », ajoute-t-elle.
 
Dans cette optique, Copibec et l’ALQ invitent les entreprises et leur équipe à se photographier avec leurs achats et à partager sur les médias sociaux avec le mot-clic (ou hashtag) #jelisbleuchezlesindépendants. « Plusieurs auteurs ont donné de leur temps sur les médias sociaux, notamment en offrant des lectures gratuitement », rappelle Frédérique Couette. « C’est à notre tour de donner. »
 


Ndlr : L’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), avait de son côté suivi un mouvement #JeLisLocal, invitant plus éditeurs membres — durant le confinement québécois — à proposer quelques ouvrages locaux, aux internautes.

Ici, Véronique Fontaine, des éditions Fonfon : 
 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.