Encourager la traduction des oeuvres au sein de l'Europe, un enjeu culturel

Clément Solym - 23.11.2017

Edition - International - Europe françoise nyssen - culture europe ministres - traduction europe oeuvres


Intervenant l’occasion du Conseil des ministres européens de la Culture, Françoise Nyssen a dévoilé son plan – suivant les premiers échanges qui eurent lieu lors de la Foire du livre de Francfort en octobre dernier. « Refonder l’Europe par la culture » a fait l’objet d’une déclaration signée par neuf États membres.

 

Foire du Livre de Francfort 2017
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

 

Parmi les grands projets soutenus par la rue de Valois devant les ministres européens, l’idée d’un Erasmus de la culture, qui s’articulerait autour du patrimoine à compter de 2018. Par ailleurs, elle souhaite renforcer un programme de traduction des œuvres. Une approche qui prolonge les déclarations faites lors du Salon du livre de Beyrouth, et qui concernaient la traduction des œuvres en français et en arabe. 

 

Conjuguer l'Europe en plusieurs langues, c'est aussi traduire. Pour développer la circulation des œuvres, des idées et des savoirs, en Europe mais aussi plus largement avec l’ensemble de nos partenaires, nous appelons à mieux prendre en compte au niveau européen, dans le cadre des programmes de financements, l’importance des enjeux liés à la traduction et à la diffusion des œuvres audiovisuelles, comme l’illustre dès aujourd’hui le projet ARTE Europe.


Outre cela, Françoise Nyssen souhaiterait instaurer un pass culture, qui devrait arriver en France prochainement, soit généralisé à l’ensemble des États membres. Ce projet avait été emprunté par le candidat Emmanuel Macron à l’ex-Premier ministre italien, Matteo Renzi. Pour l’heure, des questions de financement se posent encore pour la France.

 

Devant ses homologues, Françoise Nyssen assurait : « L’Europe par la culture est source de cohésion sociale et renforce le sentiment d’appartenance à un espace commun. C’est une Europe faite par et pour les citoyens, qui unit et se construit à travers des projets concrets. C’est une Europe qui protège les créateurs grâce à une meilleure régulation du numérique et la défense du droit d’auteur. C’est une Europe qui libère à travers la démultiplication des échanges, la mobilité des artistes, la circulation des œuvres. »
 

Françoise Nyssen : “Faire l'Europe par la Culture”, fort bien, mais les auteurs ?

 

La majeure partie des déclarations concernent cependant l’audiovisuel. Un prochain rendez-vous est prévu ce 1er décembre à Bruxelles, dans le cadre des journées Europe : Yes We Can.

 

Parmi les pays signataires de la déclaration, on retrouve Chypre, Croatie, Espagne, Grèce, France, Italie, Portugal, Roumanie et enfin Bulgarie – future présidente de l’Union européenne pour le premier semestre 2018. De son côté, l’Allemagne a apporté son soutien durant le Conseil des ministres.