medias

Enseignement : l'action gouvernementale attaquée de toutes parts

Clément Solym - 20.09.2011

Edition - Société - éducation - enseignant - chatel


L’idée avait de quoi sourire. Cependant, depuis qu’une quinzaine d’enseignants se sont associés pour poser nu en vue d’élaborer un calendrier dénonçant les coupes budgétaires, Luc Chatel ne sait plus où donner de la tête. Attaqué de tous côtés, le ministre a juste eu le temps, dimanche, sur France 3, de dire combien il était choqué par cette initiative qui s’attaque, selon lui, à l’image même de l’enseignant.

Voilà, pour le ministre, il s’agissait d’en finir avec une sale semaine. Il y a avait d’abord eu le rapport accablant de l’OCDE, attaquant la France tant sur ses résultats scolaires que sur la rémunération de ses enseignants. Durant ces dix dernières années, pendant que nos voisins européens augmentaient le budget consacré à l’éducation, la France le faisait baisser.

Résultat, la France est l’un des pays européens où le déterminisme social joue à plein. Autant dire que l’ascenseur social est en panne. Voilà un bien beau revers pour notre école républicaine, surtout quand on continue de supprimer des postes d’enseignants spécialement formés à s’attaquer aux difficultés scolaires lourdes.


Puis, toujours la semaine dernière, c’était, cette fois, un rapport du Haut Conseil de l’Education qui venait invalider la pertinence des nouveaux systèmes d’évaluation mis en place dans le primaire. Selon ce rapport, les conditions de passage et la teneur de ces évaluations ne permettent pas d’arriver à des indicateurs fiables quant à l’évaluation du niveau de compétence des élèves.

Ces nouvelles évaluations avaient été mises en place malgré une très forte opposition du corps enseignant. Le résultat est édifiant. On perd des indicateurs fiables pour d’autres qui le sont nettement moins.

Après une telle semaine, il n’y a plus qu’à espérer, pour Luc Chatel, que la mobilisation pour la prochaine journée de grève, mardi 27 septembre, ne soit pas au rendez-vous. Mais, de ce côté-là, tous les indicateurs sont cependant au vert ! Dans le privé comme dans le public, tous les syndicats s’entendent pour un appel commun à descendre dans la rue…