Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Enseignement : Lang défend Hollande face à 'l'irresponsable' Chatel

Clément Solym - 10.09.2011

Edition - Société - hollande - chatel - lang


Les passes d’armes sur le domaine de l’éducation se poursuivent entre gauche et droite, avec des réactions vives de toutes parts, et des propositions, plus ou moins cohérentes, plus ou moins fines... plus ou moins présidentiables...

La guerre est ouverte entre Luc Chatel et Jack Lang. Ce dernier avait déploré que les décisions prises par le ministre del’Educ nat ne ressemblent à des purges. L'ancien ministre, auteur d’une lettre ouverte à Nicolas Sarkozy sur ce même sujet, a ainsi vivement interpellé Chatel : « Je décerne à Luc Chatel l'oscar du ministre prestidigitateur tellement ses chiffres sont mensongers ». (voir notre actualitté

Donc, le signal a été donné : entre-temps, François Hollande annonce qu’il souhaite revenir sur l’ensemble des suppressions de postes réalisées - soit près de 66.000 depuis 2007. Levée de boucliers immédiate de la part de Valérie Pécresse et Luc Chatel, pour qui la proposition du candidat à la primaire socialiste est tout simplement « irresponsable ».

Et c’est Jack Lang qui revient à la charge, pour soutenir Hollande, appuyant le candidat sans réserve. Selon Jack, si irresponsabilité il y a, il faut la chercher du côté de... Luc Chatel « qui sans discernement et à l'aveugle a infligé à l'école un plan de purge qui met en péril la qualité de notre enseignement ».

Et d’ajouter, dans un communiqué : « Contrairement à ce que dit Monsieur Chatel, la proposition de François Hollande d'une loi de programmation portant sur les 70.000 postes supprimés depuis 2007 me paraît sage et réaliste. » Hollande appréciera l’attention.

Ce dernier, au cours de sa conférence de presse à Soissons, avait avancé l’idée suivante : « Je fais la proposition de faire une loi de programmation qui permettra de récréer des postes sur les cinq ans. » C’est-à-dire recréer les quelques 60.000 à 70.000 postes qui ont été supprimés depuis que Nicolas Sarkozy est arrivé au pouvoir.

Le tacle alors tenté par Luc Chatel était d’une mesquinerie sans nom, mais prévisible. « M. Hollande propose à nouveau les vieilles recettes de la fuite en avant budgétaire (...). Il révèle son vrai visage, puisque je rappelle qu'il est à la tête du département de France le plus endetté », rapportait l’AFP. Mais l'éducation, on peut le constater en librairies, est devenu l'un des enjeux de cette campagne présidentielle acharnée. (voir notre actualitté)