Entravés, les dons de livres aux détenus passent par Chris Grayling

Julien Helmlinger - 30.07.2014

Edition - International - Univers carcéral - Howard League - Lecture en prison


Au Royaume-Uni, des militants s'activent contre les mesures visant à restreindre les envois de colis à destination des personnes incarcérées dans les prisons du pays. Une politique qui n'est pas sans effet sur l'accès à la lecture au sein des prisons, et loin de faire l'unanimité. L'organe caritatif Howard League for Penal Reform, notamment, qui invite désormais les citoyens britanniques à envoyer des livres directement au Secrétaire d'Etat à la Justice, Chris Grayling. Influenceront-ils la politique en menaçant d'encombrer sa boîte aux lettres ?

 

 

Crédits : Howard League

 

 

L'initiative consiste à demander au Secrétaire d'Etat de faire passer lui-même ces donations livresques derrière les barreaux, afin de lui faire prendre conscience de l'importance de la lecture dans un lieu qui doit servir à des fins de réinsertion. Pour faire encore plus de bruit les contributeurs sont invités à faire savoir quels titres ils ont envoyés, via les réseaux et le hashtag #booksforprisoners.

 

France Crook est la directrice de l'organe caritatif en faveur d'une réforme pénale, et porté par le credo « moins de crimes, des communautés plus sûres, et moins de personnes en prison ». Avec une première lettre adressée au ministère, un courrier qu'accompagnait le don riche en symboles d'un exemplaire du Crime et Châtiment de Dostoïevski, la militante a lancé l'opération.

 

Dans son courrier, la directrice remercie d'avance le Secrétaire d'Etat de faire passer le bouquin en prison, et lui rappelle que la League souhaite voir abandonnée cette idée de restriction pouvant nuire aux dons de livres. Les restrictions ont déjà suscité les critiques de la part du PEN et d'écrivains prestigieux au rang desquels Carol Ann Duffy, Salman Rushdie et Mark Haddon.

 

La directrice précise : « Nous croyons que limiter l'accès aux livres ainsi qu'à l'apprentissage est contre-productif et étouffe l'éducation. L'apprentissage réduit la récidive et aide à passer le temps en prison de façon productive. A une époque où les prisons voient leurs budgets réduits, où les détenus passent davantage d'heures enfermés dans des cellules et où le taux de suicide a doublé, les livres peuvent être une bouée de sauvetage. »

 

Afin d'être assurée que le Secrétaire d'Etat soit bel et bien touché par cette campagne,  la League a aussi vivement conseillé d'envoyer des bouquins aux députés locaux, en leur demandant de les faire passer à Chris Grayling.