medias

Entre grève, fermetures et plainte au fédéral, la déconfiture pour Amazon

Clément Solym - 28.04.2020

Edition - International - Amazon entrepôts salariés - France Amazon justice - grève Amazon USA


La période devient de plus en plus complexe pour le géant jaune : déjà frappé par la justice française, il fait également face à une nouvelle grève outre-Atlantique. Et, pendant ce temps, les parts de marché s’amenuisent, malgré la marketplace qui permet de compenser la fermeture des entrepôts en France.

amazon warehouse
Scott Lewis, CC BY 2.0


La question de la sécurité revient, encore, et encore. Les six entrepôts d’Amazon France en feront les frais, avec une fermeture maintenue jusqu’au 5 mai — décision qui serait la meilleure manière de fonctionner, en regard de la condamnation par la cour d’appel de Versailles. Les 10.000 salariés se voient demander de rester à la maison, explique l’entreprise dans un communiqué, avec la perception d’un plein salaire. 

Mais les espaces de stockage et de traitement de commandes resteront bien fermés jusqu’au 5 mai, « et ce alors que nous continuons à évaluer la meilleure façon d’opérer au regard de la décision de la cour d’appel », indique un communiqué de l’entreprise. 

Selon l’AFP, l’Inspection du travail est également sur le dossier, puisque des mises en demeure avaient été déposées le 17 mars. Toutefois, si les entrepôts français sont clos, les articles restent expédiables depuis l’Allemagne, la Belgique, et d’autres territoires européens, évidemment. 
 

Grèves et plaintes


Outre-Atlantique, la situation n’est pas meilleure : ce 26 avril, une partie des employés de Shakopee (Minnesota), a choisi de quitter l’entrepôt pour protester contre la politique instaurée. Une portion congrue, tente de rassurer une porte-parole…

Toutefois, plus de 130 installations d’Amazon ont connu au moins une personne testée positivement au Covid-19. Des grèves nationales ont été lancées pour protester contre le traitement par la firme de ces cas. (voir The Hill)

Un porte-parole explique à l’agence que les employés pour qui le télétravail ne peut pas être mis en place ont le choix : congés rémunérés ou sans solde. Et toute personne testée positive est placée en quarantaine avec 15 jours de congés payés. 

Le pouvoir fédéral s’en mêle également : le bureau du procureur de New York, dans un courrier expédié la semaine passée, a reçu un courrier demandant la fermeture temporaire des entrepôts et une désinfection ad hoc. Avec plus de 400.000 travailleurs à temps partiel et temps plein aux États-Unis, difficile de croire que la société passe entre les gouttes et les éternuements. 

Le point est qu’Amazon aurait violé des règles fédérales de sécurité, en ayant fourni des mesures de protection inadéquates à ses salariés, estime le procureur. Letitia James, avocate, est à l’origine de la lettre de plainte — notamment après le licenciement de James Small, présenté comme un frondeur qui n’avait pas respecté les consignes de sécurité, expliquait l’entreprise. (via NPR)

Évidemment, Amazon ne commente pas, pas plus que le bureau du procureur. 
 

Profits, ou personnes ?


Preuve cependant que l’évolution prend des proportions gigantesques, Amnesty International prend la défense des salariés américains (et mondialement, en somme). « En vertu des lois et des normes internationales, les employeurs doivent mettre en place des dispositifs permettant à tous les travailleurs et travailleuses de signaler les risques en matière de santé et de sécurité », explique l’association. 

Et d’ajouter : « Il est écœurant que sa force de travail ait le sentiment que sa sécurité n’est pas prise au sérieux. Jeff Bezos doit accorder une plus grande importance et répondre aux inquiétudes légitimes et vitales soulevées par le personnel d’Amazon — le profit ne doit jamais passer avant les personnes. »


Commentaires
… Et ailleurs dans le e commerce généralisé, chez Hachette entre autres, Auchan, Carrefour, Leclerc… Dans l'industrie, les chaines de montage, de découpe, de confection, les salles de marchés, de ventes, les onlines (délocalisées), la sous-traitance en Chine, Taïwan, Japon, Inde, Afrique… par ex, c’est comment ??
Bien sur, mais cela n'excuse pas Amazon pour autant, et c'est pas nouveau non plus même si la forme d'exploitation a changé. Un conseil à voir ou revoir sur Arte : le documentaire “Le Temps des ouvriers”, par le réalisateur et auteur Stan Neumann
Tiens "Bloodshot" est disponible sur Prime Vidéo



(je vais économiser 20€)



smile merci Amazon
Explication de texte :



"Les six entrepôts d’Amazon France en feront les frais"

=> Comprendre avant tout et surtout les 10 000 salariés...



"les parts de marché s’amenuisent",

=> Comprendre la PDM française soit 5% du CA AMZ... En vérité, la PDM augmente hormis en gaule Le CA est en hausse de plus 20% partout ailleurs



"Les proportions gigantesques"

=> comprendre le cas est relayé.... De gigantisme point sinon l'avis subjectif du gratte papier



"Évidemment, Amazon ne commente pas"

=> Amazon ne commente sinon jamais, qu'exceptionnellement depuis 25 ans même lsq'il s'agit d'auditer l'origine de décisions portant sur 2 fois le CA annuel France (Contrat Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI)



Passons l'assertion sur les grèves nationales US



Gardons toutefois les requêtes pour "concurrence déloyales"... Il est tentant avec des données sous la main de s'en servir... C'est ce que font TOUS les distributeurs avec leur arques de distributeurs (cf rayons céréale par exemple ou la copie est juste flagrante). Grosso modo, quelques extractions de données, un petit ciblage un sourcing avec un acheteur et un chef de produit et hopppp, Une MDD ou un premier prix en rayon.

Le Hic, c'est que les données des market player sont sensées être à l'abri (c'est différent dans la GD car pas de market place, sinon là ou il s'agit de kiosques genre grands magasins)... Ceci dit, Le banquier vend de l'assurance et bien d'autres services en ayant utilisé des informations tierces. On imagine au-delà des règles internes d'AMZ la bataille de doit en perspective !!



Ajoutons un pb bien plus génant sans echo en Fr : Wholefoods (la chaîne US d'AMZ) qui aurait dû prendre un avantage décisif révèle ses limites en terme de gamme, approvisonnement, service. Là AMZ est dépassé par des vieux de la vielle. Ca c'est une assez grosse épine dans le pied et d'une autre dimension qu'hexagonale.



Pour tenter d'y voir plus clair, le renvoi à cet article en dit beaucoup (il est de 2017 mais de source primaire et compétente : Yale Law Journal... loin des info de 12eme main et de l'info people/spectacle)



https://www.yalelawjournal.org/note/amazons-antitrust-paradox



Et s'il est un peu ou beaucoup de blabla ci dessus, c'est que nos regards dépassent le bout de nos nez et nombril, franchissent les frontières sans formatage ni enclosure..





Sinon, les bouquins commandés via/chez AMZ (introuvables par ailleurs) sont bien livrés.. ici ou là... avec plus de délais, d'autres - commandés - seront à retirer dans la librairie habituelle du coin lsq'elle sera ouverte
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.