Entre ici, Albert Camus, ou quand Sarkozy rêve de Panthéon

Clément Solym - 20.11.2009

Edition - Société - Albert - Camus - Pantheon


Alors qu'il assistait au Conseil européen de Bruxelles, le petit président Sarkozy s'est dit qu'à défaut de Princesse de Clèves, il pouvait marquer la culture française en ouvrant de nouveau les portes du Panthéon, pour y faire entrer... Albert Camus. Après tout, rien ne s'y opposerait : l'écrivain est mort, ce qui est un point essentiel, il a été prix Nobel, ce qui ne change rien, et franchement, on devrait bien pouvoir lui trouver une petite place.

Selon le petit Nicolas : « J'ai pensé que ce serait un choix particulièrement pertinent de le faire entrer au Panthéon. » Grand bien lui en fasse. Mais on se demande tout de même de quel conseiller lui vient pareille idée. Et puisque l'on célèbre les 50 ans de la mort du romancier, Nicolas biche : « Dans cet esprit, j'ai déjà pris contact avec les membres de sa famille. Ce serait un symbole extraordinaire. »


Inutile d'en rajouter, car l'information reste encore à prendre comme un souhait présidentiel, et non pas un voeu monarchique, comme nous avons pu l'entendre... Le Monde.fr qui relate le fait indique que le président « y pense », bien que rien ne soit encore fait. Et puis, Chirac avait fait rentrer Malraux et Dumas, en 96 et 2002, alors il lui faut bien son auteur à lui.

Pourtant, on rappelle que Marie Curie est la seule femme à s'y trouver et que le symbole serait encore plus fort que d'y faire entrer une romancière, ou une femme plus généralement. « Camus, c'est consensuel. Mais ce n'est pas Victor Hugo, il y aura toujours quelqu'un pour dire qu'il fallait y mettre quelqu'un d'autre, notamment une femme, Marie Curie étant la seule à y être », entend-on dans l'entourage du président.

Reste à savoir ce qu'en pense la famille, qui sera de toute manière seule à juger. Sans leur accord, pas pantheonisation...

Pourquoi pas Boris Vian, dans ce cas ?