Entrer dans l'ère post-énergie fossile et en finir avec les populismes

Nicolas Gary - 09.07.2019

Edition - Les maisons - économie planete - energies fossiles - peuple planète


En ces heures d’économie torturée, deux ouvrages à venir tentent de mettre au clair les alternatives qui s’offrent à nous. Deux auteurs, Jeremy Rifkin et Joseph E. Stiglitz, Nobel d’Économie, pensent le monde différemment. D’un côté, sauver la vie sur Terre, ni plus ni moins, de l’autre, en finir avec l’infernale dialectique du pouvoir et des profits. Ambiance.

Planet
Gui Seiz, CC BY SA 2.0
 

Les liens qui libèrent avancent deux titres prometteurs pour cette rentrée. Le premier, Pour un New Deal Vert. La fin de la civilisation fossile, pointe les mouvements qui agitent la planète : d’un côté la troisième révolution industrielle, advenue grâce à internet ; de l’autre une nouvelle donne verte que la destruction de la planète et la perspective d’une nouvelle extinction de masse rendent nécessaire et urgente. 

Viendrait alors, avec urgence, le New Deal Vert, impliquant que se bâtisse un monde post-énergies fossiles. L’auteur, Jeremy Rifkin, travaille déjà avec les gouvernements, proposant de nombreux exemples de projets en cours ou menés à bien : installations de panneaux solaires et d’éoliennes, réseaux électriques fondés sur des énergies propres, rénovation énergétique des habitations.  

Sortir de l’actuel modèle, c’est penser une nouvelle voie pour notre civilisation, alors que les intérêts des dirigeants politiques, économiques et financiers convergent désormais avec ceux des citoyens.

Changer le monde, c’est également le projet de Joseph E. Stiglitz, avec Peuple, pouvoir et profits, qui lui évoque « l’exaspération sociale ». Critique acharné du néolibéralisme, l’auteur s’est fait un devoir de dénoncer les politiques des grandes entreprises, qui grâce à leur « pouvoir de marché », elles exploitent à la fois leur personnel et leurs clients afin d’accroître leurs profits. 



 
Des fortunes amassées qui permettent “d’acheter le pouvoir politique, qui finit par suivre les tendances voulues par les sociétés. Or, si le peuple est épuisé, les démagogues attendent en embuscade, pointant les boucs émissaires comme les migrants, ou brandissant le protectionnisme — le fameux America great again ! — pour séduire. Un populisme qui s’accompagne pourtant d’avantages significatifs pour les grandes entreprises.

Un tournant radical devient essensiel : pour l’ancien Prix Nobel d’économie il faut rétablir la démocratie politique aux États-Unis et dans le monde, où « les droits de la majorité ne sont pas respectés » et instaurer une grande politique sociale autour d’une idée forte, « l’option publique ». 

Vivre décemment n’est somme toute pas un luxe si considérable…

[à paraître 17/10] Jeremy Rifkin, trad. Cécile Dutheil de La Rochère — Pour un New Deal Vert. La fin de la civilisation fossile (titre provisoire) — Les liens qui libèrent — 9791020907622 – 18 €
[à paraître 26/09] Joseph E. Stiglitz, trad. Paul Chemia — Peuple, pouvoir et profits — Les liens qui libèrent — 9791020907509 – 20 € 

Dossier - Rentrée littéraire 2019 : une cuvée de 524 romans à découvrir


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.