'Le grand avenir du livre audio est en bibliothèque'

Antoine Oury - 18.06.2015

Edition - Les maisons - Paule du Bouchet - commission livre audio - SNE


Lundi soir, le Centre National du Livre accueillait la cérémonie des Grands Prix du Livre Audio, organisée par l'association La Plume de Paon. Le Syndicat National de l'Édition avait fait le déplacement, en la personne de Paule du Bouchet, présidente de la commission livre audio créée en décembre dernier. Les chantiers autour du produit éditorial sont nombreux.

 

Paule du Bouchet (SNE) - Grand Prix du livre audio 2015

Paule du Bouchet, présidente de la Commission livre audio du Syndicat National de l'Édition

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

« Le livre audio jeunesse et adulte représente plus ou moins 1 % du marché total du livre en France (0,3 % pour le seul livre audio adulte), en valeur. Dans l'absolu, cela ne paraît pas beaucoup, mais la croissance est constante et régulière depuis plusieurs années », soulignait celle qui est aussi la responsable du département Musique de Gallimard Jeunesse et de la collection de livres lus « Écoutez lire »

 

« Le grand avenir du livre audio est en bibliothèques, j'en suis convaincue », affirme Paule du Bouchet. Si 57 % des bibliothèques françaises proposent déjà des livres audio, au format CD, l'objectif est de leur permettre d'y accéder dans PNB, Prêt Numérique en Bibliothèque. « Un des principaux marchés du livre audio en France aujourd'hui est celui des bibliothèques, parce que le public n'est pas très développé, et cela participe à faire connaître le support », nous assurait-on. En somme, une configuration totalement différente de celle du livre numérique, où la mise à disposition ne menace visiblement pas le marché commercial.

 

Avec une équipe de 15 personnes, tous éditeurs de livres audio, la commission du SNE n'est pas en manque de travail : « Ce qui nous préoccupe, pour le moment, c'est la diffusion, la visibilité, l'information sur la nature de ce produit éditorial singulier, le numérique, la fiscalité, la diffusion en francophonie... Des sous-commissions se créent. »

 

Le chantier des conditions commerciales d'une diffusion du livre audio via des services de streaming, lui, n'est pas encore ouvert, même si les services commerciaux de certaines maisons d'édition se sont d'ores et déjà penchés sur la question.

 

À vrai dire, la commission n'a même pas eu le temps de s'emparer de l'événement estival Lire en Short, qui aurait été le moment parfait pour mettre en avant la lecture publique et la lecture à voix haute : « Nous avons été un peu pris de court, même les libraires l'ont été, je crois. C'est un événement qui doit se préparer, beaucoup plus en amont, ce que nous avons prévu en 2016 pour avoir une présence plus importante de la lecture publique. Cela s'est fait de manière trop rapide cette année pour avoir une vraie présence de la lecture publique. »

 

On attend l'écho pour 2016, alors ?