eReaders : le marché va stagner, sans évolution rapide

Clément Solym - 28.05.2010

Edition - Société - lecteurs - ebook - ipad


Le 28 mai 2010 fut lancé l'iPad partout dans le monde. Ou presque. Mais finalement, du point de vue d'Apple, c'est quasiment un lancement mondial. Les autres, on a bien le temps de voir.

Et voilà que la question d'une rivalité entre les lecteurs ebook dédiés et la tablette multimédia d'Apple va revenir au fil des semaines, inlassablement. Gavin Byrne, analyste senior chez Informa Telecoms and Media tire le premier : « Pourquoi acheter un lecteur ebook quand pour à peine quelques grammes de plus vous pouvez vous procurer un iPad, une tablette ou un netbook qui a tellement plus de fonctionnalités ? »

Trop cher. Et faites simple.

Et niveau tarifaire, on l'avait constaté avec lee désenchantement des étudiants américains qui testèrent le Kindle DX, on flirte avec le grand n'importe quoi : en prenant le modèle bas de gamme de l'iPad, on est à peine 10 $ plus cher que le lecteur 10 pouces d'Amazon. Et ce n'est que pour l'exemple. Grosso modo, estime Gavin, les lecteurs dédiés sont trop chers. (PC Pro)

« Les Readers devront baisser leur prix aux alentours de 100 £, ou moins, s'ils souhaitent garder une place sur le marché », conclut-il. Soit moins de 120 €. Et dans ce contexte, on pourrait en effet se poser la question de l'achat. En outre, les modèles qui disposent d'une connectivité WiFi, ou pire, 3G, seraient alors les plus menacés, parce qu'ils ne présentent qu'un maigre intérêt pour les opérateurs téléphoniques dans le cadre d'un partenariat.

« L'absence d'un modèle économique clair pour les opérateurs mobiles le lancement de l'iPad, et la dynamique du marché sont susceptibles de conscrire le marché à long terme. »

Un marché saturé en 2014

Dans ce contexte, les prévisions sont claires : en 2014, le secteur et les ventes vont stagner. Si pour 2010, les analystes envisagent la vente de 12,2 millions d'exemplaires, soit 5 millions de mieux qu'en 2009, on pourrait atteindre en 2013 14 millions de modèles vendus, mais l'année suivante, les ventes redescendront de 7 % si rien ne change.

Un scepticisme qui n'est que le pendant du lancement de l'iPad : couleur contre monochromie, multimédia contre usage dédié, convergence contre... bref.

Dans ce contexte, l'avenir d'un Kobo, le lecteur ebook vendu pour 149 $ pourrait présenter une solution financièrement intéressante et raisonnable pour le grand public, puisque l'on tomberait justement sur la barre des 120 € préconisés. Ou peut-être faut-il regarder du côté de la grande distribution, pour démocratiser plus encore les lecteurs ebook, et inciter le grand public à s'y intéresser...