Eric Chevillard arrête sa chronique dans Le Monde des livres

Nicolas Gary - 15.07.2017

Edition - Société - Monde livres critique - journal supplément Monde - Chevillard Beigbeder critiques


À l’instar d’autres quotidiens, Le Monde profitait pour son supplément dédié aux livres de la plume éclairée d’Éric Chevillard. L’homme reviendra pour la rentrée littéraire avec Défense de Prosper Brouillon, roman de l’improbable. Et dans le même temps, il annonce la fin de sa collaboration avec Le Monde.



Eric Chevillard © photo Editions de MInuit - Jean-Luc Bertini / Opale

 

Bernard Pivot dans le JDD (encore que…), Frédéric Beigbeder dans Le Figaro, Pierre Jourde dans L’Obs : les écrivains qui se prennent d’affection pour la plume critique sont une tradition. 

 

Dans le cas de Chevillard, ce sera donc la fin de la belle collaboration. « J’ai décidé de ne pas reprendre le feuilleton du Monde des Livres à la rentrée. Après six années vouées à la lecture intensive et quasi exclusive des parutions nouvelles, mes alexandrins commençaient à boiter. Ma bibliothèque prenait la poussière. J’y retourne », écrivait-il ce 14 juillet.

 

De par son activité dans Le Monde des Livres, Chevillard faisait régulièrement l’objet d’attaques et de critiques en règle — de même que ses propres livres se faisaient régulièrement démolir par Beigbeder lors de la publication. 


On gardera d’ailleurs longtemps en mémoire sa critique acide du dernier livre de Modiano — parue une grosse semaine avant que le romancier ne reçoive un prix Nobel de littérature. Il avait d’ailleurs écopé d’une vilaine réflexion du patron du Monde, Pierre Bergé, suite à cette chronique : « Pauvre Chevillard que personne ne lit et qui se venge en démolissant Patrick Modiano prix Nobel de littérature 2014. » Jusqu’à traiter de connard Chevillard, sans autre forme de procès.


Le genre d'ambiance qui, assurément, donne envie de rester à son poste.



 

Et son prochain roman alors ? En voici le pitch : 

 

Prosper Brouillon est le nom donné à l’ensemble des écrivains chez qui E. Chevillard a collecté des phrases exemplaires, à partir desquelles il a reconstruit un faux roman délirant. En explorant cette œuvre dans le but affiché d’en faire l’éloge, il offre un réquisitoire ironique contre une littérature institutionnalisée, pantouflarde et satisfaite d’elle-même.


L'histoire d'une vie, en somme. La vie de ces six dernières années, possiblement.
 

 

(à paraître le 14 septembre) Défense de Prosper Brouillon — Éric Chevillard illustrations Jean-François Martin — Editions Noir sur Blanc — 9782882504845 – 14 €