medias

Erri de Luca, Elena Ferrante : rentrée italienne chez Gallimard

Cécile Mazin - 21.11.2018

Edition - Les maisons - Erri Luca Gallimard - Elena Ferrante Gallimard - rentrée février Gallimard


L’autre rentrée littéraire, celle de janvier, se traduira par le retour de deux grandes figures de la littérature italienne aux éditions Gallimard. Le combattif Erri de Luca et l’énigmatique Elena Ferrante sont au programme avec deux ouvrages intimes, plongeant dans les pensées et réflexions des deux auteurs. Programme en avant-première...

 

Erri De Luca - SGDL
Erri de Luca - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Elena Ferrante, Frantumaglia - L’écriture et ma vie

[La Frantumaglia, 2016] traduit de l’italien par Nathalie Bauer – sortie le 3 janvier

 

« Ma mère m’a légué un mot de son dialecte qu’elle employait pour décrire son état d’esprit lorsqu’elle éprouvait des impressions contradictoires qui la tiraillaient et la déchiraient. Elle se disait en proie à la frantumaglia. » 
 

C’est autour de ce mot, du sentiment d’instabilité qu’il évoque, que ce recueil de textes d’Elena Ferrante s’articule.
Lettres échangées avec son éditeur, entretiens, correspondances sont les pièces hétérogènes d’une mosaïque qui éclaire la démarche de l’écrivain et invite le lecteur à entrer dans son atelier. 
 

En revenant sur ses romans - de L’Amour harcelant à la saga L’Amie prodigieuse - Elena Ferrante prolonge sa recherche autour des thématiques essentielles de son œuvre : le rôle de l’écriture comme tentative de recomposition d’une intériorité morcelée, l’univers féminin, la complexité de la relation mère-fille, Naples. 
 

À travers la multiplicité des écrits rassemblés, Frantumaglia offre un parcours original dans l’univers littéraire d’Elena Ferrante, ainsi que l’autoportrait inédit d’un écrivain à l’œuvre. 

 

 

Erri De Luca, Le tour de l’oie 

[Il giro dell'oca, 2018] traduit de l’italien par Danièle Valin – sortie le 7 février

 

Un soir d’orage, où le courant électrique a été coupé, un homme – qui ressemble beaucoup à l’auteur – est assis à une table, chez lui. Éclairé par le feu de la cheminée, il est en train de lire un livre pour enfant, Pinocchio. Dans la pénombre, une présence apparaît à ses côtés, une présence évanescente qui évoque le profil du fils qu’il n’a jamais eu.

L’homme imagine lui adresser la parole, lui raconter sa vie : Naples, la nostalgie de la famille, la nécessité de partir, l’engagement politique. À travers cette voix paternelle, ce fils spectral assume progressivement une consistance corporelle. La confession devient confrontation, la curiosité un examen intérieur, le monologue du départ se transforme en dialogue, au cours duquel un père et un fils se livrent sans merci. 
 

Le tour de l’oie représente le livre le plus intime d’Erri De Luca. Dans ses ouvrages précédents (Le plus et le moins), l’auteur napolitain était déjà revenu sur son passé. Pourtant, c’est seulement dans ce livre, dans ce dialogue imaginaire avec le fils qu’il n’a pas eu qu’il raconte cet événement marquant : dans sa jeunesse, il aurait pu devenir père, mais sa compagne d’alors avait décidé d’interrompre sa grossesse, inattendue.

Aujourd’hui Erri De Luca la rattache au niveau le plus profond de son for intérieur. Que peut-on léguer d’une vie ? Auprès de qui la transmission revêt-elle une signification ? Voilà ce qui se joue sous la surface du Tour de l’oie, voilà le point d’émergence de ce livre. 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.