Escroquerie à l'édition : comment abuser de la naïveté des auteurs

Clément Solym - 14.12.2015

Edition - Justice - escroquerie édition - naïveté auteurs - plainte justice


Avec l’essor de l’autopublication ont fleuri une multitude de services destinés à professionnaliser les publications. Les auteurs peuvent ainsi souscrire à des offres de relecture, de création de couvertures, rédaction de communiqués de presse, etc. Mais toutes les offres n’aboutissent pas aux résultats escomptés – voire, plus clairement, sont de vastes escroqueries.

 

Throwing Money Away

Tax Credits, CC BY 2.0

 

 

La police Sausalito, ville de Californie commence à bien connaître Chandra Love, femme de 38 ans. En février dernier, elle est arrêtée, accusée d’avoir détourné plus de 100.000 $ auprès de la société qui l’employait. L’histoire est assez délirante : employée, elle assure à son patron qu’elle est atteinte d’un cancer. Ainsi, en août 2013, elle demande des versements de salaires par avance. Les sommes devaient alors être utilisées pour payer les frais médicaux liés à sa maladie. Première arnaque. 

 

La cour demande 250.000 $ de caution, qui seront payés par la mère de l’intéressée.

 

Puis, en mai 2015, Chandra Love fait de nouveau l’objet d’une arrestation, cette fois pour avoir détourné près de 300.000 $. Une plainte déposée par un couple habitant à East Bay rapporte que Chandra et son époux, Keith Lewis, se présentaient comme éditeurs de livres. Ils offraient ainsi des services d’aide à la publication. 

 

La cour demande cette fois 750.000 $ de caution, en attendant la mise en examen par le bureau du procureur. Sauf que, cette fois, s’ajoute une autre culpabilité : alors que Chandra était en liberté conditionnelle pour la précédente affaire, le cas s’aggrave avec cette nouvelle histoire. 

 

« La défense a conclu un contrat frauduleux pour des services d’édition de livres », expliquent les plaignants. Or, en contrepartie des versements effectués, aucun service n’a été rendu, bien au contraire. 

 

En février 2014, Jan Thorpe achève son livre et se met en quête d’un éditeur. Avec son mari, elle rencontre Love et Lewis, pour présenter Ancestors, son roman. Les Thorpe finissent par signer un contrat, et versent 5000 $ par mois, pour des services d’édition.   

 

Ils proposaient alors de solliciter des éditeurs, en les soudoyant avec de coûteux paniers-cadeaux, pour espérer qu’ils lisent l’ouvrage. Près de 70.000 $ sont dépensés et en mars 2015, le couple commence à trouver suspect le comportement des deux prétendus éditeurs. Surtout qu’aucune des maisons d’édition qu’ils affirmaient avoir sollicitées n’a entendu parler d’eux.

 

Or, un mois plus tôt, Chandra Love est arrêtée pour son détournement d’argent. Et l’affaire commence à prendre un tournant inattendu : le couple Thorpe porte plainte, et une enquête démarre. Manifestement d’autres victimes des faux services auraient été découvertes. 48 chefs d’accusation ont été déposés, mais l’avocat de Love et Lewis jure qu’il va défendre bec et ongles ses clients.

 

L’affaire est jugée ce 14 décembre. Et promet du sport...

 

(via Marin Scope)


Pour approfondir

Editeur :
Genre : droit faits de...
Total pages : 320
Traducteur :
ISBN : 9782754068918

Les plus grands escrocs de l'histoire

de Pierre Lunel

Les plus grands escrocs de l'Histoire sont douze, comme les Apôtres. La différence, c'est que leur maitre se nomme le diable. - Le faux Martin Guerre est l'auteur de l'imposture d'identité la plus étonnante. - Le chevalier d'Eon bluffe tous ses contemporains et ne s'avoue réellement homme que sur la table d'autopsie. - La comtesse de la Motte escroque la couronne et fait vaciller la monarchie. Cagliostro persuade chacun qu'il est la réincarnation de Jésus avant de moisir vingt ans dans les prisons du pape. - Les escrocs du canal de Panama font chanceler la république française. - Victor Lustig vend deux fois la tour Eiffel... avant d'escroquer Al Capone ! - Anna Anderson se fait passer pendant quarante ans pour la princesse Anastasia de Russie, seule rescapée du massacre des Romanov. - Sacha Stavisky devient le Prince des escrocs en imaginant les arnaques les plus folles. - L'abbé Saunière accumule les milliards en disant des messes, ou en ne les disant pas. - Van Meegeren, le faussaire le plus génial au monde, meurt sans avoir pu convaincre ses contemporains que ses faux Vermeer... sont des faux ! - Jean-Claude Romand ment pendant vingt ans sur sa vie professionnelle avant de déclencher une tragédie. - Bernard Madoff, enfin, escroque soixante milliards de dollars et ébranle la finance mondiale. Qui dit mieux ?

J'achète ce livre grand format à 17,95 €