Espagne : la librairie indépendante porte plainte contre Amazon

Clément Solym - 29.05.2012

Edition - Librairies - Amazon - Espagne


Que l'on vive de ce côté ou de l'Autre des Pyrénées, quand on est libraire, les raisons de craindre pour l'avenir sont nombreuses. A l'occasion de la 71e Foire du livre de Madrid, débutée vendredi, une société obsède, angoisse, crispe. Car son influence dans la vente de livres papier - pour le numérique, on a encore le temps - colle des frissons aux indépendants.

 

Au cours des trois derniers mois, le marché du livre en Espagne a baissé de près de 30 %, selon les données rapportées par les libraires. Si l'économie globale du pays est entrée dans une crise à peu près omniprésente, la récession ne serait pas la seule en cause.

 

Fernando Valverde, président du CEGAL, l'Association des libraires espagnols, explique que toute la faute repose sur les épaules d'Amazon. « Amazon est le bourreau des libraires, et de tout le secteur de l'édition espagnole. Ils ne respectent pas le prix unique du livre et nous avons donc porté plainte contre eux. »

 

Tiens, donc… Une plainte contre Amazon, pour violation du prix unique du livre. 

 

Durant la Foire, c'est l'Italie qui est l'invitée d'honneur, jusqu'au 10 juin. Et qui plus est, l'organisateur de la Foire se pose la question : alors que les librairies payent leurs impôts, où sont les taxes d'Amazon qui reviennent à l'État espagnol.

 

Spain

 

 

 

Alors que la crise économique est virulente, depuis peu, c'est tout le système bancaire du pays qui actuellement fait trembler. Les taux d'emprunt ont encore augmenté, et le plan de sauvetage est probablement le plus grand qui ait vu le jour dans le pays…

 

Et le secteur de l'édition est si frappé par la crise que la simple organisation de cette manifestation littéraire relevait du donquichottisme. Et les moulins à vent ne sont pas des cibles faciles à abattre, précise-t-on. 

 

Cependant, et pour revenir à cette affaire de plainte, il ne semble pas clair, dans le droit espagnol, que la condamnation d'Amazon sera automatique. Mais l'anxiété, elle, est bien palpable. Les preuves seraient donc compliquées à présenter, à moins de tenter de jouer sur des frais de port, ainsi que le Syndicat de la librairie française l'avait fait voilà quelques années. 

 

C'est après tout une légitime méfiance moins à l'égard du livre numérique que de sa commercialisation numérique. Cela n'empêchera pas le CEGAL de tenter de créer sa plateforme de vente en ligne de livre, pour réunir les libraires indépendants, dont le développement n'est pour l'heure absolument pas avancé. Manifestement, c'est plutôt du modèle allemand que les Espagnols chercheraient à s'inspirer pour leur projet. Et contrecarrer le modèle économique d'Amazon.

 

Le e-commerce, au même titre que les grandes surfaces culturelles sont autant de problèmes que connaissent les librairies espagnoles… Une situation semblable à ce que vivent ceux de l'autre côté des montagnes.