Est-ce le dictionnaire qui fait les usages sexistes, ou l'inverse ?

Antoine Oury - 16.09.2019

Edition - Société - dictionnaire sexisme usage - oxford university press - definition femme sexiste


La maison d'édition universitaire Oxford University Press, liée à la prestigieuse université d'Oxford, au Royaume-Uni, est revenue sur les définitions et expressions qu'elle associe au mot « femme » au sein de deux de ses dictionnaires, accessibles en ligne, l'Oxford Thesaurus of English et l'Oxford Dictionary of English. Les exemples choisis sont dénoncés depuis plusieurs mois, notamment par une pétition qui réunit près de 30.000 signatures.

wooden book
(photo d'illustration, Bastetia, CC BY 2.0)


Il y a trois mois, une pétition apparait sur le site Change.org, réclamant la modification de la définition « sexiste » du mot femme de l'Oxford Dictionary. Lancé par Maria Beatrice Giovanardi, le mouvement prend rapidement de l'ampleur, jusqu'à atteindre les 30.000 signatures aujourd'hui. Dans le texte de la pétition, les signataires demandent des changements au sein « de ce dictionnaire sexiste ».

En cause, plusieurs définitions et exemples contextualisés fournis par le dictionnaire : « Si cela ne fonctionne pas, elles pourraient devenir des femmes de trottoir [“women of the streets”] », « Les pêcheurs ramènent leur prise à la maison pour que leur petite femme puisse manger » ou encore « Je t'ai dit d'être à la maison quand je rentrerai, jeune femme », cite la pétition.

« Ces exemples font des femmes des objets sexuels, soumises aux hommes ou sources d'irritation et d'énervement », souligne encore le texte publié sur Change.org. Il relève par ailleurs que les exemples de phrases contenant le mot « femme » sont beaucoup plus limités que celles avec le mot « homme », pour la définition de ce dernier terme.

La pétition s'inquiète aussi de l'apparition des définitions de l'Oxford Dictionnary dans les moteurs de recherche Yahoo, Google ou Bing, qui diffusent très largement « ces définitions misogynes ».
 

Un dictionnaire qui reflète les usages


Après plusieurs semaines de silence, les presses universitaires d'Oxford ont apporté des éléments pour répondre à la polémique. La maison d'édition souligne d'abord que les définitions et exemples cités par la pétition sont tirés de deux dictionnaires, l'Oxford Thesaurus of English et l'Oxford Dictionary of English, qui étudient « les usages contemporains de l'anglais ».

Autrement dit, les termes, leurs définitions, leurs usages et les exemples sont tirés d'occurrences relevées dans la vie réelle, tout simplement. « S'il est prouvé qu'un mot ou une acception offensante ou dérogatoire est largement utilisé en anglais, il ne sera pas exclu du dictionnaire simplement au motif qu'il est offensant ou péjoratif », indique le message de la maison d'édition.

Cela dit, les dictionnaires mettront clairement en évidence que ces usages et expressions sont offensants, et ne doivent pas être pris à la légère. L'équipe derrière les dictionnaires s'assurera d'ailleurs que ces nuances sont clairement indiquées aux lecteurs.
 
Les presses universitaires concluent que les dictionnaires reflètent les usages contemporains de l'anglais : en somme, si de nombreuses expressions citées sont sexistes, c'est parce que le langage sexiste est développé. « Au fur et à mesure que les usages des anglophones évoluent, le dictionnaire change pour refléter ce nouveau terrain lexical », promet pour terminer Oxford University Press.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.