Et si Amazon soutenait les librairies en abondant le fonds de solidarité ?

Victor De Sepausy - 23.03.2020

Edition - Librairies - Amazon libraires confinement - fermeture librairies lecture - pétition éditeur


L’idée est un peu folle : elle a germé dans l’esprit d’un… éditeur. Une première enveloppe d’urgence de 5 millions € sera débloquée par le Centre national du livre pour aider l’interprofession. Par la suite, Bercy viendra abonder avec une somme plus significative. Mais dans l’intervalle, pourquoi Amazon ne deviendrait pas solidaire de la chaîne ?


 

Toute pétition porte sa part d’utopie, aspirant à un monde meilleur, que l’on ferait changer par le pouvoir de l’engagement collectif. Patrick Cova, patron des éditions Parole, y croit : il interpelle le directeur général d’Amazon, Frédéric Duval, et le ministre de la Culture, Franck Riester.

En regard de la situation, la fin de l’histoire qui se raconte actuellement serait simple à imaginer : « Continuer comme cela et réduire chaque jour les espoirs de milliers de libraires de se relancer au sortir de la crise, détruire la capacité des éditeurs à fournir les librairies, y compris Amazon, dans le long terme, mettre les auteurs qui sont la source même du succès d’Amazon dans une situation d’impasse. »

Notons qu’Amazon France a, durant le week-end, diffusé un communiqué assurant qu’il concentre « les capacités disponibles sur les articles les plus prioritaires et, à compter d’aujourd’hui, [doit] temporairement cesser de prendre des commandes sur certains produits moins prioritaires ». La firme, sollicitée par ActuaLitté, n’a pas répondu à nos demandes de précisions sur la mise en œuvre de cette mesure.
 

Et soudain, c'est l'utopie


Mais une alternative se profile : « Se conformer aux souhaits du Président de la République et faire preuve de solidarité, pour que, chacun dans notre rôle et selon nos possibilités, nous puissions reconstruire “l’après-pandémie”. »

C’est ici que vient l’apostrophe utopique : et si Amazon s’engageait dans une dynamique solidaire ? L’oxymore fait frémir, pourtant l’éditeur la porte réellement : il s’agirait d’abonder à un fonds de solidarité, tel qu’envisagé par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie. Ce dernier doit servir à la relance de la chaîne du livre, dont les libraires indépendants.  

Deuxième étape : « Abonder par l’entreprise Amazon ce fonds sur le principe d’un gros pourcentage reversé sur chaque livre vendu durant toute la période d’impact de la crise sanitaire et des mesures de confinement. »

Et pour finir, rassurer « le monde du livre sur vos intentions de ne pas entrer dans une concurrence déloyale et un abus de position dominante qui pourrait détruire des dizaines de milliers d’emplois ».

Évidemment, tout cela semble peu probable, l’unique option reste donc d’appeler l’entreprise à son sens des responsabilités, et qu’elle suspende la vente de livres.

De son côté, le locataire de Valois est incité à réunir les « différents métiers du monde du livre ainsi que les organismes qui pourraient créer et orchestrer un tel fonds de solidarité ». Et dans la foulée, d’organiser une réunion où se retrouveraient les différentes parties, « pour, ensemble, imaginer ce que sera le marché du livre de demain ». La pétition est à cette adresse.
 

“Pas très logique”


Sur la réouverture des librairies, Vincent Montagne, président du SNE, s’exprimait dans le JDD. « À un moment, il a été demandé aux libraires de fermer donc c’est compliqué de revenir en arrière vis-à-vis du personnel. On se heurte à un ensemble de mécanismes de protection qui sont parfaitement légitimes », relève-t-il.

Lui-même y serait favorable uniquement « sous réserve de la volonté des libraires et s’ils parviennent à s’organiser pour éviter la promiscuité des clients. Cela dit, il y a une différence entre être favorable sur le principe et l’aspect pratique. Demander la réouverture des librairies ne me parait pas très logique, quel que soit mon intérêt pour les livres. Mieux vaut reparler de tout cela dans quelques semaines. »

Le Syndicat national de l’édition vient d’ailleurs d’écrire à ses membres, pour leur demander de ne pas négliger les auteurs — la reddition de comptes, le paiement des droits et de l’avance.


Commentaires
J'adore : on veut brûler le diable Amazon au nom d'une concurrence déloyale et disproportionnée, et dès qu'on peut le taxer, on le sort du feu vite fait.



Bref, on l'accuse de tricher, de voler son argent, mais dès qu'on peut récupérer cet argent volé à son profit, tout d'un coup ça devient de l'argent propre wink Miracle des éditeurs vertueux capables de transformer le Diable en Dieu. Amen wink Ils sont fort ces éditeurs...
Oui, comme la corde soutient le pendu !

Quelle idée baroque de penser que notre destructeur puisse nous respecter... En plus A. serait capable de le faire pour se faire de la pub à moindre frais...

Ce serait indécent !!!
J'abonde dans le sens de la personne précédente, Libraire, Non, stop ! Amazone ne peut pas s'en sortir comme ça, c'est pas un soutien. Ce qui serait formidable, c'est une loi Lang bis réservant la vente de livre en ligne aux seules librairies. (Même si hélas, on les voit déjà contourner le machin)... En tout cas, si on aime tant les librairies, va falloir faire encore quelque chose à terme ! Et les éditeurs ont leur part de responsabilité aussi, dans le déferlement abusif de nouveautés, de livres absurdes et inutiles. 60 à 80 000 nouveautés par an ? Est-ce bien raisonnable... laissons le temps travailler, les lectrices et lecteurs découvrir... Bref...
Phobique sociale/anthropophobe + agaoraphobe, je sors jamais Amazon et la Fnac sont mes seuls liens avec le monde merci de penser pas qu'à votre gueule angry
Alors, pour répondre simplement, dire qu'il existe d'autres sites de vente et de livraison en ligne, et qui sont tenus par des regroupement de librairies, indépendantes, avec qui, même parfois, vous pourriez échanger, si cela est possible dans le cadre de vos phobies, par mail :

https://www.librairiesindependantes.com/

https://www.leslibraires.fr/

https://www.lalibrairie.com/

https://www.placedeslibraires.fr/

si vous êtes en Auvergne-Rhône-Alpes : https://www.chez-mon-libraire.fr/

Je pense, mais ne connais pas dans ma chair ce que vous vivez, mais que même seuls, on peut ne pas être seuls, et trouver des personnes derrière les écrans.

Tout cela va me porter à réfléchir, comme nous toutes, à ce que nous tissons et créons comme société. Et comment le faire sans créer du prolétariat proche du servage, ce que fait Amazone.

Les Serfs modernes... (magasiniers, livreurs, infirmières, auxiliaires de vie, et les derniers ouvriers des usines (bientôt remplacés par les robots de la silicon valley), et du BTP).

Pour ma part, je vais voir à accélérer l'informatisation de ma petite librairie et me mettre dans les circuits numérique et de vente en ligne (je suis déjà chez lalibrairie.com) et de livraison pour les personnes qui souffrent comme vous d'isolement forcé.

Portez vous au mieux... Et n'hésitez pas à faire connaitre vos troubles, pourquoi pas par mail à un libraire de par chez vous, on ne peut pas toujours, même en essayant, penser à toutes les gueules wink
Cher Phobique,

pourquoi tant de haine ?

Les libraires rendent un service irremplaçable de choix et de conseil. Comment voir et choisir parmi les milliers de livres sans les voir sur table, et en discutant ? Et pourquoi leur refuser la dignité de vivre de leur travail, alors qu'ils n'ont évidemment pas les moyens de lutter contre l'une des premières fortunes mondiales ?

C'est pareil pour les autres services et commerces de proximité ; on ne peut pas vivre qu'avec un écran pour voisin, contact, ami !
Pour un lecteur normal (1-2 livres par mois) ces sites peuvent marcher mais je suis un lecteur de Mangas avec beaucoup de sorties ; les FDP serait astronomique pour avoir un équivalant Amazon/Fnac qui me livre (avant le covid-19) à chaque sortie, il faut passer par un gros distributeur obligatoirement (les économies sur les FDP sont juste énorme / et le SAV est très réactif).



Je suis abonné Prime pour les FDP et aussi (et surtout) Prime Vidéo (qui est très important dans le fait de passer par Amazon).
De plus je commande (avant) beaucoup de DVD et BR, passant là aussi par Amazon.
Oui, c'est vrai. En ce sens on voit bien tout le mal d'une privatisation de la poste, l'abandon du poste-livre. Il est peut-être temps d'une nouvelle loi sur le livre sur la vente internet ET un soutien sur les frais de port... enfin... faudra d'abord sortir de la doxa (ultra-libérale)... Bon courage pour tout, Black Bullet, pour le confinement, vous avez peut-être déjà une sorte d'habitude... wink
Oui j'ai l'habitude c'est toujours très pénible de sortir shut eye
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.