Et si l'innovation n'était qu'une forme de copie ?

Julien Helmlinger - 27.05.2013

Edition - Société - Innovation - Copie - Copyright


Depuis la Silicon Valey et jusqu'en Asie, des entreprises pratiquent la course à l'innovation technologique, à renfort d'enregistrement de brevets exclusifs, et gare au concurrent qui entendrait leur subtiliser des idées pour produire ses propres biens déclinés. Ainsi, il n'est pas rare d'entendre parler de produits-clones, et accusations de contrefaçon, que ce soit par le biais des commentaires en ligne, des discussions de bureau ou lors des conférences de presse. Mais en considérant le phénomène sous un autre angle...

 

 

 

 

Le journaliste Ahn Minh Do remet quant à lui en question les notions d'innovation et de copie, en rappelant à notre mémoire les citations de deux créateurs de renom. La première, de l'artiste-peintre Pablo Picasso : 

Les bon artistes copient, les grands artistes volent. 

 

 la seconde de l'entreprenneur Dave McClure

Il s'avère que tout ce que vous avez à faire est de copier une belle camelotte à 99 %, et puis innover 1 % chaque mois et vous pouvez faire avaler votre babiole à la plupart des gens.

 

Voilà deux discours fleuris qui ont de quoi casser le mythe de la création. Mais après tout, il vaut sans doute mieux avoir amélioré un concept original, plutôt que d'avoir été la source de l'innovation demeurée perfectible. Bien souvent, au moment où une innovation annoncée arrive enfin sur les marchés de masse, les scientifiques ont eu l'occasion de se creuser une nouvelle longueur d'avance. Peu importent les conjectures dites de Moore.

 

Partant de ce principe, pour l'observateur, l'innovation ne réside pas tant dans les bureaux des start-ups qui font le battage médiatique, comme c'est le cas actuellement du côté des concepteurs des Google Glass, mais plutôt dans les rangs des scientifiques qui planchent dans l'ombre sur les drones et autres interfaces reliant cerveau humain avec des ordinateurs...

 

Au final, l'iPhone arrivé sur les marchés comme la dernière innovation magique et créant le buzz planétaire qu'on lui connaît, n'est qu'une sorte de synthèse de technologies diverses réunies sous un nouvel enrobage. Si Google n'est pas le premier moteur de recherche, que Facebook n'est pas le premier réseau social, l'innovation serait peut-être surestimée.

 

Le phénomène de copie industrielle pourrait bien refléter en quelque sorte les habitudes de l'espèce humaine au cours de son évolution. Quand l'innovation pourrait être considérée comme une forme d'assimilation, mise en pratique depuis la nuit des temps. On ne se fait pas « singer » par hasard.

 

Via Tech in Asia.