États-Unis : l'État de l'Ohio interdit l'envoi de livres d'occasion en prison

Maxim Simonienko - 10.05.2019

Edition - International - prison lecture états-unis - politique ohio prison - culture prisonniers américains


On pensait que les prisonniers américains auraient enfin le droit de lire en paix. Mais c'était sans compter sur l'État de l'Ohio qui, malgré l'échec récent de l'État de Washington, récidive avec une nouvelle politique concernant l'envoi des ouvrages aux incarcérés. Et, bien évidemment, l'organisation à but non lucratif Books to Prisoners est en première ligne pour affronter de nouveau l'administration, afin de garantir un accès facilité à la culture pour les détenus.
 
babawawa - pixabay license

 
L'information est partie de Redbird Books, une organisation à but non lucratif basée à Columbus. Elle est spécialisée dans l'envoi de livres d'occasion aux prisonniers. Fait intéressant, l'association a été elle-même fondée par un ancien prisonnier, Dan Cahill, en 1999.
 

Fini les livres d'occasion, place aux livres “neufs”


Ce sont les multiples retours de colis, en fin d'année 2018, qui ont mis la puce à l'oreille aux bénévoles. Dans des propos rapportés par WOUB, Redbird Books a déclaré qu’un colis, envoyé à l’établissement pénitentiaire de Grafton, avait été renvoyé avec une note. Cette dernière indiquait une « nouvelle politique » qui interdisait les dons de livres usagés. Les livres devaient être impérativement neufs et apparaître sur une liste de fournisseurs préapprouvés.

Selon Books to Prisoners, qui suit à présent de très près les changements de politique concernant la question, Redbird Books ne serait pas un cas isolé : « Les groupes qui ont rassemblé leurs listes de paquets rejetés sont Redbird Books to Prisoners, Athens Books to Prisoners, Appalachian Prison Book Project et Prison Book Program dans le Massachusetts ». En creusant davantage, Books to Prisoners a constaté que les premiers retours de courriers concernant l’État de l'Ohio avaient été effectués avant l'application de cette nouvelle politique.

Les prisons concernées par le refus des livres d'occasion sont nombreuses : Mansfield, Toledo, Chillicothe, Grafton, Liban, Richland, SOCF Lucasville, Allen-Oakwood, NCI Caldwell, Dayton CI, Belmont, Marysville (l’Ohio Reformatory for Women), Madison et Trumbull.

La question qui reste en suspens est de savoir comment les personnes incarcérées vont pouvoir se procurer leurs ouvrages. Si les associations citées ci-dessus restent sur leur position et ne transmettent que des livres usagés, les prisonniers ne pourront compter que sur leurs revenus personnels. L’achat de livres neufs pourrait leur coûter plus d’un mois de salaire, sachant qu'un prisonnier fédéral américain gagne en moyenne, selon le Journal de Montréal, entre 5,25 $ et 6,90 $ par jour et que ce salaire est déjà réduit de 30 % pour les frais d’hébergement, de nourriture et le règlement des factures téléphoniques.

Autre argument de Books to Prisoners, plus étonnant celui-ci, serait qu'Annette M. Chambers-Smith, la nouvelle directrice de l'Ohio Department of Rehabilitation and Correction (ODRC, l'administration pénitentiaire de l'Ohio), manquerait d'impartialité dans l'affaire. Cette dernière, avant d'obtenir son nouveau poste, siégeait en tant que directrice générale chez JPay Payment Services, une société oeuvrant dans le domaine de la technologie qui a passé un contrat avec l'ODRC pour des services de tablette et de livres électroniques. 
 

Toutefois, Books to Prisoners a mis en place une pétition, incluant l'ensemble des personnes à contacter dans l'État de l'Ohio pour lutter contre cette politique et permettre aux détenus d'avoir accès à la culture et sans frais. Il est également possible de réagir sur Twitter grâce au hashtag : #prisonersneedbooks.
 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.