États-Unis : l'impôt pour les bibliothèques se concrétise

Clément Solym - 03.08.2012

Edition - Bibliothèques - impôts bibliothèques - prélèvements obligatoires - États-Unis


C'est l'époque des sondages pour les bibliothèques publiques de plusieurs États américains. L'enjeu ? Obtenir des budgets plus stables et plus réguliers par l'instauration d'un prélèvement obligatoire spécifique, dont les fonds seraient séparés des deniers publics. Une façon de garantir l'intégrité du service, même en cas de crise économique et d'austérité forcée...


Multnomah County Library

La Multnomah County Library (auteur : sfgamchick)


Évidemment, nos premières pensées vont aux Britanniques, qui assistent lentement mais sûrement à la précarisation du service public que représente l'accès aux livres : fermeture d'établissements, gestion confiée à des volontaires... Le gouvernement Vaizey ne recule devant rien pour réaliser quelques économies, au détriment même de la population de l'île : en début d'année, une étude qualifiait les enfants britanniques de « sous-cultivés » : le reproche est adressé aux parents, mais en premier lieu aux pouvoirs publics. (voir notre actualitté)

 

Aux États-Unis, certaines villes ont vu venir la vague : « Je refuse que notre système de bibliothèques devienne une quantité négligeable » souligne ainsi Bill Brinton, des Amis de la Bibliothèque de Jacksonville. Il faut réunir près de 26.000 signatures pour que la proposition dispose d'une visibilité aux prochaines élections locales, en 2014.

 

Mais d'autres comtés ont déjà franchi le pas, comme ceux d'Alachua ou d'Orange. Il y a quelques jours, près de 20.000 résidents du comté de Multnomah ont voté pour donner leur avis sur la proposition : 61 % d'entre eux ont validé cette proposition, en se dispersant toutefois sur ses modalités d'adoption : certains recommandent un vote en novembre, d'autres aimeraient attendre 2014. 

 

La situation presse : depuis le 1er juillet, les horaires d'ouverture ont été compressés, et les établissements de prêt sont désormais fermés le lundi dans le comté, tandis que 43 employés ont été licenciés. Le budget des bibliothèques a subi le contrecoup de la dévaluation des propriétés foncières : les impôts étant calculés en fonction de la valeur de ces dernières, le flux de liquidités s'est peu à peu tari.