Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

États-Unis : la librairie indépendante pas si vulnérable face à Amazon

Antoine Oury - 30.09.2013

Edition - Librairies - librairie indépendante - Amazon - rencontres


Quand vient le sujet de la librairie indépendante, on a l'habitude d'un discours qui la place dans la position de victime d'Amazon, comme un mouton face au loup. Contrairement à cette impression de morosité globale, la librairie indépendante a pu profiter de la montée d'Amazon pour remettre les interactions auteurs-lecteurs au centre de sa stratégie.

 


The Paperback Bookshop

The Paperback Bookshop, Diego DeNicola, CC BY-ND 2.0

 

 

Les chiffres de l'American Bookseller Association sont plutôt encourageants : si le nombre de membres de l'association a subi une chute drastique entre 1995 et 2002, en passant de 5500 adhérents à 2191, il repart à la hausse depuis quelques années. Son chiffre le plus bas avait été atteint en 2009, avec 1409 adhérents, mais atteint cette année les 2517 adhérents, avec 1900 boutiques pour 1567 sociétés.

 

D'après The Digital Reader, les raisons de cette baisse périodique seraient à chercher du côté des chaînes de librairies du type Barnes & Noble ou Borders, qui proposaient les mêmes services que les indépendants, avec des remises plus importantes sur les livres. Par services, il faut comprendre ceux qu'Amazon ne propose pas (encore). Rencontres avec les auteurs, réunions conviviales autour d'une table de victuailles, concerts...

 

Sans oublier, évidemment, l'expertise du libraire, immergé toute l'année dans l'actualité littéraire. Avec toutes ces qualités de leur côté, les librairies indépendantes sont loin d'avoir rendu les armes. « Pour nous qui sommes dans les tranchées, c'est amusant de lire l'histoire de notre disparition, alors que nous sommes en train de prospérer », s'amuse John Evans, propriétaire d'une chaîne de 4 librairies indépendantes californiennes, Diesel.

 

Même en cas de mauvaises nouvelles à la pelle, n'enterrons pas trop vite...