Etats-Unis : la moitié des livres achetés sur Internet

Nicolas Gary - 19.03.2013

Edition - Economie - vente de livres - internet - commerce en ligne


Les revendeurs de livres en ligne généreraient donc la moitié des ventes de livres sur le territoire américain, assure une étude réalisée par Bowkers. Aux États-Unis, durant le mois de novembre 2012, les détaillants en ligne ont réalisé près de 44 % (43,8 % précisément) des ventes de livres, contre 32 % pour les boutiques physiques, les librairies indépendantes et autres grandes surfaces spécialisées. 

  

 

<

>

 

 

Des livres, comme s'il en pleuvait : alors qu'en France, le commerce en ligne de livres ne dépassait qu'à peine les 10 % en fin d'année 2012, le marché américain a clairement pris le pli de l'achat en ligne.

 

Selon l'étude du cabinet Bowkers, présentée par Digital Book World, les supermarchés, les grandes surfaces et les librairies indépendantes ont tout de même su tenir bon, alors que les grandes chaînes de librairies ont elles perdu des parts de marché. 

 

On assiste là à une quasi-inversion des données constatées durant l'année 2011, alors que 35,1 % des ouvrages au global étaient vendus en ligne, contre 41,7 % dans les boutiques. Et ce sont bien les chaînes de librairies qui subissent toutefois (et déjà), les plus fortes baisses, avec 18,7 % des PdM en ventes de livre, contre 28,7 % en 2011. 

 

Évidemment, la chute de Borders n'a pas pu améliorer la situation, et si les autres chaînes, comme Barnes & Noble ou Books A Million sont parvenues à récupérer une partie des consommateurs, évidemment, c'est vers la vente en ligne qu'une grande partie des lecteurs s'est tournée. Borders disposait en effet de 9 % de PdM sur le secteur aux États-Unis, et finalement, du fait de la faillite, est passé à plus rien du tout. 

 

Au Royaume-Uni, la situation est légèrement différente, note l'étude, puisqu'en 2012, les librairies de détails n'ont conservé qu'un point de différence, à 27,6 % de l'ensemble des achats de livres. Dans l'ensemble, le commerce de livres physique pèse encore 58,8 %, contre 37,7 % pour les détaillants en ligne. Néanmoins, la tendance existe bel et bien, puisqu'en 2011, ces derniers représentaient moins d'un tiers des ventes de livres. 

 

En outre, il faut noter l'importance, outre-Atlantique, des ventes de livres numériques, qui se réalisent essentiellement en ligne. En effet, à la croissance régulière constatée depuis janvier 2009 dans ce secteur, il faut ajouter les fortes poussées à chaque période de Noël. 

 

Durant la période de novembre 2012, les ventes d'ebooks aux Etats-Unis représentaient 28 % des ventes totales de livres sur le territoire, contre 6 % en novembre 2010. Outre-Manche, le pic a été atteint en juillet 2012, avec 13 % des ventes, grâce au phénomène Fifty Shades of Grey, avant de retomber à 9 % en novembre 2012. 

 

« C'est une menace supplémentaire pour les librairies physiques », explique Jo Henry, directeur des études chez Bowkers. Pour ce qui concerne le marché britannique, il ajoute : « Amazon a toujours été fort sur le marché britannique. Ces tendances ne montrent pas véritablement à quel point les chaînes ont pu souffrir. »




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.