États-Unis : le tireur de Bâton-Rouge était aussi auteur de livres cosmiques

Joséphine Leroy - 20.07.2016

Edition - Société - Gavin Eugene Long tueur - Etats-Unis édition livres - cosmologie auteur


Les jours passent et les profils se dessinent. Gavin Eugene Long, le tireur américain qui, avant d'être à son tour tué, a abattu trois policiers et en a blessé trois autres ce 17 juillet à Los Angeles, était également l’auteur de livres pseudoscientifiques, proches de l'holisme. Pour rallier chacun à sa cause, il avait opté pour l'autopublication et s'était créé un alias en choisissant pour pseudonyme Cosmo Setepenra​. 

 

(Photo Twitter

 

 

Engagé chez les Marines en 2005, il avait gravi les échelons en devenant sergent et faisait partie des troupes américaines déployées en Irak entre juin 2008 et juin 2009, avant de suivre des études de commerce pendant un semestre, en 2012, à l'Université de l'Alabama. Mais plus l'enquête avance, plus un autre visage se dessine. Car le tueur de Bâton-Rouge avait également publié des livres. Pas de thrillers ni de romans à l'eau de rose, mais des ouvrages pseudoscientifiques, censés mener les lecteurs vers une vérité universelle, expliquant les lois de l'univers. 

 

Un titre en donne l’aperçu : Les Lois du cosmos : Suivez-les sagement ou Souffrez aveuglément (titre original : The Laws of The Cosmos : Wisely Follow or Blindly Suffer). L'homme avait tout simplement évité la voie de l’édition traditionnelle pour s’autopublier, et ses livres étaient disponibles sur Amazon dès octobre 2015. Dans les pages de recherche de Google, les livres apparaissent toujours mais les pages de vente Amazon ont disparu  : 

 

 

 

 

 

Que contiennent donc ces chefs d’œuvre ? Gavin Eugene Long s’y improvise gourou, guide spirituel, médecin ou nutritionniste. Dans The Cosmo Way: A W(H)olistic Guide for the Total Transformation of Melanated People, Vol. 1 : The Detox, il veut aider les lecteurs à « s’accomplir par la nutrition, l’effort physique, l’émotion et la spiritualité ». Dans le livre, il critique la médecine occidentale : « Il est évident que le système de santé occidental actuel mine les Noirs et nous atteint bien plus que n’importe quelle autre race (nous reviendrons plus tard sur les raisons) », écrit-il.

 

« Les moyens qu’ont les Occidentaux de se nourrir et de se soigner ne sont sûrement pas la réponse adaptée aux Mélanins [il appelle ainsi la communauté Noire, NdR], ni aux autres d’ailleurs. » 

 

Trois chapitres de son livre sont consacrés à l’hydratation et de longs passages évoquent la mélanine, pigment biologique qui colore la peau, les cheveux, les yeux. Pour Gavin Eugene Long, la pigmentation noire est « ce qui fait que les Noirs ont une Âme » et qui fait d’eux des « génies et des créateurs naturels, et ce dans tous les arts : la musique, la littérature, la danse, la performance, la science, etc. » Parce qu’ils manqueraient de mélanine, les blancs n’ont cessé de commettre « des atrocités, des guerres, des génocides, de l’oppression et des actes de sauvagerie dans leurs comportements, spécifiquement envers les personnes de couleur ».  « Le fort taux de Mélanine chez les Noirs rend supérieur leur organisme », écrit Gavin Eugene Long. 

 

Pour finir sur une note pacifique (quoique conspirationniste et paranoïaque) : « Quelle que soit la race, le principe de vie, la couleur ou la religion cesse de succomber à la tentation de la division et de la conquête que certains planifient. Je risque ma vie en dévoilant tout cela et en écrivant ce livre, mais j’en ai assez. Nous ne pouvons pas continuer à nous battre à cause de ces petites différences qui existent entre nous, pendant que certains s’assoient derrière nous en riant et en récoltant les récompenses de la lutte et de la division. » Diviser pour mieux régner, une vieille théorie. 

 

Rien n’annonçait cependant ce qui allait se passer le 17 juillet. Retirés lundi d’Amazon, les livres de celui qui se faisait appeler Cosmo Setepenra ne sont plus disponibles. Le cousin d’une des victimes avait demandé de les retirer en commentaire, les qualifiant de « poison ». 

 

(via Los Angeles Times)