États-Unis : un livre retiré de la vente pour des passages jugés islamophobes

Maxim Simonienko - 25.04.2019

Edition - International - siege of tel aviv - dzanc books censure - ouvrage islamophobie israël


Le livre controversé The Siege of Tel Aviv écrit par l'auteur américano-israélien Hesh Kestin, publié le 16 avril dernier, ne sera pas réimprimé et encore moins vendu. L'éditeur Dzanc Books a annulé les droits de l'auteur sur l'ouvrage et l'a supprimé dans la foulée de son site. Pour le moment, 2000 exemplaires en version imprimée restent en circulation.


 

Approuvé par Stephen King, attaqué sur les réseaux


« L’auteur est invité à publier le roman ailleurs », a déclaré Michelle Dotter, l'éditrice en chef de Dzanc Books, dans une interview téléphonique menée par Publishers Weekly. La décision drastique aurait été prononcée suite à une mésentente entre l'éditeur et l'auteur à propos de la réaction à tenir face aux critiques formulées contre The Siege of Tel Aviv.

Le livre édité par Dzanc Books était présenté à l'origine comme une satire « curieusement amusante » sur l’Iran. Dans l'ouvrage, ce pays mène cinq armées arabes en Israël afin de détruire le pays et y tuer des Juifs. L'État d'Israël riposte, menant au fameux siège de Tel Aviv.

Malgré l'approbation du grand maître de l'horreur, Stephen King, qui a qualifié l'ouvrage comme étant « plus effrayant que tout ce que [lui-même] ait jamais écrit », les réseaux sociaux n'ont pas été du même avis. Des utilisateurs n'ont pas tardé à pointer du doigt le travail de Hesh Kestin pour des propos et thèmes considérés comme islamophobes. Pour se faire pardonner, Dzanc Books accepte les retours du livre et reversera l'argent récolté par l'ouvrage à une organisation humanitaire musulmane.

« L’important dans tout livre que nous publions est de présenter un projet et de donner des idées au monde entier. [La question qui se pose est] : cela fait-il plus de mal que de bien ? », a ajouté Michelle Dotter avant de conclure : « Lorsque nous avons acquis ce livre [avant les élections de 2016], nous le lisions sous un angle différent. Nous avions l'intention de le présenter comme une satire. En tant qu'éditeur en chef, ma responsabilité était de le lire. J'ai échoué à mener à bien cette mission. » Un volte-face qui, on s'en doute, n'a pas vraiment convaincu.
 

Déception en chaîne de la part des auteurs


Steve Gillis, ancien éditeur et cofondateur de Dzanc Books, a également essayé de faire son mea culpa face à la polémique du deuxième roman de Kestin au sein de la maison : « Nous n'avons jamais eu l'intention de publier un roman qui présente les musulmans sous un mauvais jour. Nous voulions faire exactement le contraire, car en 2016, ce roman aurait été perçu comme un travail satirique, mettant en exergue le ridicule des hostilités en cours au Moyen-Orient. Notre erreur était de ne pas avoir mesuré les circonstances actuelles et voir comment le livre serait perçu en 2019 », écrit-il dans un courrier électronique adressé à Publishers Weekly. 

Des paroles qui sont, à peu de choses près, retranscrites sous la forme d'un communiqué sur le site Internet de Dzanc Books, publié le 18 avril 2019. Suite à cela, des auteurs de la maison d'édition ont partagé leur ressenti, que ce soit sur les réseaux sociaux ou bien à la presse.

L'un d'eux, qui a décidé de rester anonyme, a déclaré que les propos publiés par Steve Gillis étaient « épouvantables » et « décevants ». John Englehardt, un futur auteur de Dzanc Books, avait de son côté vertement critiqué l'ouvrage : « Je suis très déçu de la publication de The Siege of Tel Aviv de Hesh Kestin. J'ai un peu lu le roman en ligne, et je pense que le qualifier de “fiction absurde doublée d'une satire comprenant des critiques sociales” est plus que généreux. »
 


De manière plus radicale, Emma Smith-Stevens, auteure de l'ouvrage de The Australian (édité et publié par Dzanc Books en 2017) a publié une déclaration publique sur Facebook, affirmant avoir exigé la réversion des droits de son prochain livre qui devait paraître au printemps 2020. Selon elle, l'ouvrage de Hesh Kestin s'inscrirait dans la même lignée que « [d]es actes haineux », en soulignant qu'« une violence émotionnelle a déjà été commise » et que « son intégrité est bien plus importante qu'un contrat d'édition ».
Dzanc Books, est une maison d'édition à but non lucratif, créée dans le Michigan (États-Unis) en 2006. Les ouvrages publiés en son sein sont principalement des fictions littéraires.

 



Commentaires
Un journal allemand a publié les statistiques du terrorisme Islamique depuis 18 ans: 31.221 attentats et 146.811 victimes.

Il faut rajouter les guerres inter-musulmans, 11 millions de victimes depuis 1948 etc. etc. La liste est interminable.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.