États-Unis : une femme politique accusée d'arnaques au livre jeunesse

Antoine Oury - 22.11.2019

Edition - Justice - livre jeunesse arnaques - Catherine Pugh - Baltimore arnaques


Membre du parti démocrate, maire de Baltimore de 2016 à 2019, Catherine Pugh a démissionné de son poste en mai dernier, acculée par plusieurs accusations de malversations financières. Le gouvernement fédéral l'accuse à son tour d'avoir organisé une vaste arnaque reposant principalement sur des ventes de ses propres ouvrages, autopubliés, alors qu'elle était sénatrice du Maryland.

Sen. Catherine Pugh
Catherine Pugh, en 2015 (Maryland Reporter, CC0 1.0)


Les faits remontent à 2011, mais ont refait surface des années après, et le gouvernement fédéral a désormais officiellement lancé une action en justice contre l'ex-maire de Baltimore, Catherine Pugh. Cette dernière est accusée d'avoir mis en place un système financier lui permettant d'escroquer plusieurs organisations, mais aussi d'échapper à ses obligations fiscales ou encore de s'offrir une maison.

La sénatrice du Maryland avait signé de sa main une série d'ouvrages, intitulés Healthy Holly, portant sur les thématiques du bien-manger : ils mettaient en scène une petite fille noire qui vantaient les bienfaits d'une alimentation saine et équilibrée et des activités sportives. Healthy Holly : Exercising is Fun ou encore Healthy Holly : Vegetables are not just Green s'articulaient autour de ces thématiques.

Pour autopublier et vendre ses livres, Catherine Pugh avait utilisé sa propre société, nommée Catherine E. Pugh and Company, créé en 1997 en tant qu'agence de conseils en relations publiques et en marketing. 

Le stratagème était assez simple, selon les procureurs, si bien qu'on se demande comme l'accusée compte s'en sortir : la Pugh Company vendait des ouvrages Healthy Holly à des organisations à but non lucratif et à des fondations opérant à Baltimore ou dans l'État du Maryland, mais n'aurait jamais livré les ouvrages commandés. Les sommes, elles, auraient été détournées au profit d'un achat immobilier, et même pour financer la campagne de Pugh.

« La fraude et la corruption que nous jugeons aujourd'hui sont de celles qui réduisent la confiance du public dans les élus », déplore Robert Hur, le procureur des États-Unis pour l'État du Maryland. « C'est une véritable tragédie, et la dernière chose dont notre ville avait besoin. »
 
Deux associés de Pugh sont aussi cités au dossier, et ont accepté de collaborer avec les autorités. L'un d'entre eux aurait participé aux crimes présumés de Pugh en falsifiant les déclarations fiscales de l'élue, pour masquer l'argent obtenu par les arnaques dont elle est accusée.

D'après les estimations de l'enquête et les déclarations des associés de Pugh, quelque 796.000 $ auraient été obtenus par l'intermédiaire du stratagème financier. Ce 21 novembre, lors de l'audience fédérale, Pugh a plaidé coupable des charges qui pèsent contre elle : elle risque, au maximum, 35 ans de prison pour les faits qui lui sont reprochés.

via NPR, New York Times


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.