Etranges sommeils dans la Divine Comédie : Dante, victime de narcolepsie

Nicolas Gary - 24.09.2013

Edition - International - Dante Alighieri - sommeil - narcolepsie


En soi, la maladie de Gélineau est assez rare : elle frappe des personnes qui se retrouvent en train de dormir dans toutes circonstances. En une dizaine de minutes, les victimes atteignent le sommeil paradoxal, contre 90 minutes en moyenne pour un individu lambda. Bref, la narcolepsie est un trouble neurologique, et manifestement, l'écrivain italien Dante en présentait tous les symptômes.  

 

 

 Dante's Statue

Statue de Dante

HarshLight, CC BY 2.0

 

 

Au département de neurosciences de l'université de Bologne, une étude très sérieuse portant sur l'auteur de la Divine Comédie explique que le poète était obsédé par le sommeil, et absolument pas du fait d'un artifice littéraire. La narcolepsie pourrait tout à fait expliquer les allusions nombreuses que l'on retrouve au fil de l'oeuvre : « Je suggère que, six siècles avant le premier examen scientifique, Dante... évoque la narcolepsie avec cataplexie, dans ses oeuvres littéraires, sous la forme d'un trait autobiographique », explique Giuseppe Plazzi. 

 

Dans son article, il relève en effet les moments où le poète florentin, submergé par l'émotion, s'écroule au sol comme mort, ou encore, qu'il se réveille soudainement, après un endormissement dont il n'a pas pris conscience. Dante évoque également ses rêves intenses et de brèves siestes... mais nombreuses. Or, la cataplexie est une faiblesse musculaire qui, sous le coup d'émotions fortes, peut faire défaillir le sujet...

 

L'article du chercheur italien porte sur différents points de la vie de Dante, ou du moins, des aspects qui seraient biographiques - et refléteraient la réalité vécue par l'auteur. En 1880, le scientifique français Jean-Baptiste Gélineau observe attentivement ces troubles du sommeil, sur des personnes accablées par une affection neurologique chronique. Il analyse les choses en se rendant compte que les gens victimes de cette maladie peuvent s'endormir à tout moment de la journée, et sans avertissement, ainsi qu'être sujets à des troubles du sommeil durant la nuit. 

 

Sommeils et somnolences ont déjà été remarqués dans l'oeuvre de Dante, par un certain Cesare Lombroso, qui au XIXe siècle, avait spéculé que le poète ait pu être atteint d'épilepsie, considérant également ces points comme des traces autobiographiques. 

 

vaincu par le sommeil, je m'inclinai sur l'herbe où tous cinq nous étions assis. Chant XI Purgatoire

Je ne sais plus comment je m'y suis engagé, car j'étais engourdi par un pesant sommeil, lorsque je m'écartai du sentier véritable. Chant I, Enfer

Comme pris de sommeil, je me laissai tomber. Chant III, ibid

Un bruit qui ressemblait au fracas du tonnerre 

Rompit mon lourd sommeil et rouvrit ma paupière

Tout mon corps tressaillit à ce réveil soudain. Chant IV, Ibid

 

Toutefois, le chercheur italien reconnaît qu'à ce jour, nous manquons de sources directes et de matériel directement rédigé par Dante pour parvenir à en savoir plus sur sa vie. « Bien que ses écrits représentent une source biographique dans la vie du poète, Dante lui-même reste le personnage principal de ses oeuvres », ajoute-t-il. Pour mesurer les réels liens entre narcolepsies et Alighieri, il faudrait bien plus qu'un texte littéraire - et le fait que le récit soit à la première personne n'apporte pas non plus la confirmation d'un récit strictement biographique.