Etude : Au-delà des droits d'auteurs, les revenus connexes des auteurs du livre

Cécile Mazin - 17.03.2016

Edition - Economie - revenus connexes - droits auteurs - revenus écrivains


La Fédération interrégionale du livre et de la lecture a procédé à une analyse des revenus que perçoivent les auteurs, qui n’étaient pas directement liés aux ventes d’ouvrages. On parle ainsi de revenus connexes dans le cadre de différentes interventions, que ce soit des lectures, performances, des prises de parole en débat, ou encore pour des ateliers.

 

La Marche des auteurs

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Pour ce faire, douze des structures régionales liées au livre et membres de la FILL ont apporté leur soutien. L’objectif premier était d’apporter un éclairage complémentaire par l’étude des activités connexes des auteurs de livre en région, dont on mesure mal à la fois la fréquence, le temps qu’y consacrent les auteurs et l’impact financier et symbolique. Le questionnaire portait sur les pratiques connexes des auteurs de l’écrit et les revenus qu’ils en tirent, au cours des années 2013-2014. 

 

Principales conclusions :

 

Une large majorité d’auteurs (95 %) présents dans l’espace public dans le cadre d’activités connexes très diversifiées : 80 % des répondants exercent des activités connexes qui se situent dans au moins deux des quatre types d’activités identifiés dans l’étude (autour de l’œuvre/de l’auteur/de la transmission/de la création).


L’affiliation au régime de sécurité sociale des artistes auteurs est nettement corrélée avec l’engagement dans ces pratiques et avec leur rémunération.


Une forte mobilité interrégionale : l’étude confirme la décentralisation de la vie littéraire à travers une forte mobilité interrégionale des auteurs : c’est dans d’autres régions que l’on se rend lorsqu’on sort de son territoire, Paris et l’Île-de-France n’étant cités qu’en troisième position, y compris par les auteurs affiliés.


Une rémunération encore trop peu fréquente et une méconnaissance des modes de rémunération par les opérateurs : la difficulté à se faire rémunérer croît avec la probabilité d’être dans un rapport de rémunération. Les affiliés concentrent un haut niveau de difficulté, sans doute parce qu’ils expriment leurs exigences de rémunération avec plus de régularité et de force que les non affiliés. Ils le font dans des situations où la méconnaissance des pratiques et des outils légaux par les opérateurs reste importante.


Une nécessaire reconnaissance des activités connexes : le développement des activités connexes est loin d’assurer un niveau de revenu suffisant pour des auteurs dont le revenu global demeure, pour la grande majorité d’entre eux, limité. Compte tenu de la modestie des ressources des auteurs, il y a lieu de travailler à la reconnaissance de ces activités connexes, au sens politique, comme au sens plus particulier de leur mode de rémunération.

 

 

 

  Les revenus connexes des auteurs du livre