Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Etude : quels réseaux sociaux pour les bibliothèques ?

Cécile Mazin - 03.07.2014

Edition - Bibliothèques - réseaux sociaux - bibliothèque publics - contacter partager


La préfiguration de la bibliothèque Canopée a publié une étude comparative des réseaux sociaux en bibliothèques de lecture publique. Le document souligne toute l'importance de ces outils pour « toucher un public étendu, d'assurer une médiation vers ses ressources et celles de ses partenaires, de développer la participation des usagers, et de montrer la connexion entre l'établissement et son quartier ». Et l'étude prend en compte un maximum de solutions.

 

 

Collage of Digital (Social) Networks

Frau Hölle, CC BY SA 2.0

 

 

Une cinquantaine de réseaux a été abordée pour les besoins de l'étude : les classiques, Facebook, Twitter, Instagram, et leurs différentes déclinaisons, mais également les solutions d'agrégations, type Delicio.us, ainsi que d'autres plus vastes comme Slideshare ou Issuu. Mais un petit point est également réalisé sur les réseaux sociaux littéraires, avec un passage en revue de Babelio, Sens critique, We Love Words, Riffle et Libfly. 

 

Très pragmatiquement, trois des ténors ont été retenus

  • l'inévitable Facebook pour ses possibilités de réseautage et son utilisation démocratisée ; sa note a toutefois été dégradée en raison de la baisse du « reach » et de la part croissante de la publicité 
  • Google+ pour ses capacités à toucher un public complémentaire de celui de Facebook 
  • le tout petit Peuplade pour son réseau à échelle humaine et ses contacts de proximité potentiels 

 

Dans le même temps, Twitter et Tumblr prennent une jolie place, mais se font surpasser par Pheed.

Twitter reste l'outil incontournable des plateformes de blogging rapide et le seul qui se détache vraiment en 2013. Il demande cependant un fort investissement qui doit être pris en compte lorsqu'une bibliothèque souhaite s'y investir. Pheed s'avère être une plateforme particulièrement complète, innovante et prometteuse. Reste à attendre sa version française.

Tumblr a connu un développement accéléré en 2012-2013 et se distingue du lot car il mélange des fonctions de micro-blogging à une interface conviviale et jouit d'une image à la fois dynamique, décalée et élitiste.

 

Côté vidéo, Vimeo et Dailymotion sont les plus plébiscités, le premier parce qu'il offre une « une alternative intéressante pour des contenus à forte valeur ajoutée, mis en valeur par l'esthétique du site et son image de communauté créative ». 

 

Musicalement, trois acteurs apporteront de l'aide aux bibliothécaires soucieux de leur présence : 

Soundcloud, Grooveshark et Spotify. Si la qualité du catalogue est l'atout de Spotify, elle est justement le point faible de Grooveshark (doublons). Pour autant, Grooveshark offre davantage de fonctionnalités d'interaction entre les utilisateurs et de médiation. Soundcloud se révèle être une plateforme originale par ses contenus (créations originales de DJ, mashup...) mais sa gestion des droits est mouvante et la version française n'existe pas encore.

Chacun de ces trois sites suggère donc des usages particuliers : Spotify pour la création de playlists, Grooveshark pour le partage de musique et Soundcloud pour la découverte de nouveaux titres et artistes.

 

Quatre réseaux sociaux « littéraires » ont été étudiés : Babelio, Sens critique, We love words et Riffle.

We love words et Riffle ne semblent pas convenir à l'usage d'une bibliothèque, car trop pointus ou trop loin du public français.

Babelio possède un grand fonds de référence en littérature et permet de mettre en ligne des analyses, de commenter des textes de créer des listes de coups de cœur ou de nouveautés par exemple. Mais attention, une page désertée ou insuffisamment mise à jour donne l'impression d'une bibliothèque moribonde. Même chose pour Libfly. Ces deux réseaux offrent beaucoup de sources pour des acquisitions, les gros lecteurs s'y investissent, mais eux-mêmes avouent qu'il est très difficile, voire impossible, d'organiser la participation des usagers d'une bibliothèque à leur plateforme.

Sens critique est une interface multimédia, plus jeune et plus ergonomique. Bien qu'elle possède moins de références littéraires c'est une mine pour les autres supports : films, jeux vidéo. Ce réseau colle également à l'actualité. Il permet aussi de créer des listes et de publier des critiques.

 

 

 

Si Facebook prend une claque et perd de nombreuses places dans le classement final, l'étude recommande de suivre avec attention cinq plateformes, pour différentes raisons : 

  • L'accroissement de popularité de Pinterest et un éventuel développement de sa solution technique pourraient en faire une plateforme majeure pour les bibliothèques.
  • Pearltrees est également à surveiller en prévision d'une amélioration de ses fonctions sociales.
  • Flipagram n'est pas à proprement parlé un réseau mais est un très bon complément à Instagram ou Facebook.
  • Glowbl présente de plus en plus d'intérêt, à voir si cette plateforme poursuivra sur sa lancée en offrant plus de liberté d'utilisation.