Étudiants sans papiers : précarité sociale, administrative et pédagogique

Clément Solym - 08.02.2010

Edition - Société - étudiants - papiers - précarité


Samedi dernier une manifestation a été organisée pour dénoncer la situation des étudiants sans papiers et demander leur régularisation.

Selon l'Unef, la manifestation aurait réuni un millier de personnes devant le ministère de l'Immigration à 14h. Le président de l'Unef, Jean-Baptiste Prévost, a déclaré que les 260 000 étudiants étrangers se trouvaient face à une « triple précarité ».

Les cours de français pas assez nombreux mèneraient à une « précarité pédagogique », le non-accès aux bourses et aux logements du Crous entraîneraient une « précarité sociale ». Enfin il affirme qu'obtenir un visa et renouveler son titre de séjour et un « parcours du combattant » induisant donc une « précarité administrative ».

Pour Benoît Hamon, porte-parole du PS, « les étudiants sont partout dans des conditions de précarité » et d'ajouter que les étudiants sans papiers sont des « précaires parmi les précaires » qui « vivent, en plus, avec la peur de se faire expulser ».

De nombreuses autres organisations et syndicats ont apporté leur soutien aux manifestants. La manifestation s'est achevée vers 15h quand une délégation de l'Unef a été acceptée au ministère de l'Immigration, indique l'AFP. L'Unef entend demander la régularisation des étudiants sans papiers et des titres de séjour courant sur plusieurs années.