Europe : Les industries culturelles, "une solution à la crise"

Cécile Mazin - 02.12.2014

Edition - Economie - culture création - Europe industries - emplois chiffre affaires


Le secteur culturel génère des emplois, vient de réaffirmer l'étude réalisée par EY, à l'initiative du GESAC, groupement européen des sociétés d'auteurs et compositeurs. Ce panorama européen montre que les industries culturelles pèsent pour 535,9 milliards € de chiffre d'affaires, avec 7 millions d'employés – dont 19,1 % ont moins de 30 ans. 

 

 

 

Pour les besoins de l'étude, onze secteurs ont été passés en revue : livre, presse, musique, spectacle vivant, arts plastiques et graphiques, télévision, cinéma, radio, jeux vidéo, architecture, et publicité. Le dernier pourra donner le hoquet, mais c'est ainsi que l'on obtient un périmètre vaste – et certainement des données plus importantes. 

 

Jean-Noël Tronc, directeur général de la Sacem et Vice-président du Gesac, réaffirme : « Les Industries culturelles et créatives jouent un rôle primordial dans la croissance, l'emploi et l'influence internationale européenne, les décideurs politiques européens doivent renforcer leur position en les soutenant et en consolidant leur pierre angulaire qu'est le droit d'auteur. »

 

C'est qu'avec la création d'emplois directs et indirects, les artistes et les créateurs sont au cœur du dynamisme économique. Au point que la Culture représenterait cinq fois plus d'emplois en Europe que le secteur des Télécoms et deux fois et demie plus que le secteur de l'automobile.

 

L'étude ne manque pas d'être saluée par le Syndicat national de l'édition. Ainsi, « les instances européennes [devraient] tirer les conclusions de ce travail dans les orientations futures de leurs politiques publiques et industrielles », note le Syndicat. 

 

Vincent Montagne, le président du SNE, porte d'ailleurs l'accent sur l'adéquation entre le droit d'auteur et l'environnement numérique. « Le droit d'auteur est parfaitement adaptable aux usages numériques : en France, auteurs et éditeurs ont signé un accord pour adapter le contrat d'édition à l'ère du numérique ; l'Allemagne et la France ont développé des projets de numérisation de centaines de milliers d'œuvres épuisées. Le droit d'auteur n'est pas un obstacle pour l'accès au savoir et à la création. Il n'est un obstacle qu'à la domination d'une poignée d'acteurs géants. Le droit d'auteur relève de la liberté, de la diversité des cultures et des langues, et, en cela, il est un droit de l'homme. »

 

 

 

L'étude a également été soutenue par 18 organisations partenaires s'inscrit dans la continuité du Premier Panorama des Industries Créatives et Culturelles en France, paru en novembre 2013. De son côté, la SACEM note que les industries culturelles et créatives sont « ancrées au cœur du numérique ». 

Elles ont su relever les défis des nouveaux supports et du cross-média, en étant elles-mêmes sources d'innovation et de créativité. L'étude souligne ainsi que 70 % du temps moyen passé par les Européens sur une tablette est consacré à la consommation d'un bien culturel. Ainsi, entre 2001 et 2011, les revenus issus du numérique ont généré plus de 30 milliards d'euros supplémentaires tous secteurs confondus. Pour la musique enregistrée, cela a représenté une hausse de 109 % entre 2009 et 2013. Le secteur de l'édition ajoute également de nouveaux services avec le développement des e-books, tout comme le secteur de la presse et magazines avec des success-stories à l'image de Der Spiegel online et ses 5,6 millions de visiteurs uniques mensuels. Le cinéma n'est pas en reste avec les nouvelles technologies numériques et 3D. Le fer de lance numérique des ICCs reste bien entendu et par essence, le secteur des jeux vidéo !

 

Accumulant d'autres bonnes raisons de se réjouir, on apprend que l'Europe compte sept des dix plus gros éditeurs au monde, cinq des dix principaux festivals, le leader mondial du secteur musical, deux des trois principales sociétés du secteur de la publicité. Autant de témoignages de la dynamique en Europe, que salue Martin Schulz, dans l'éditorial de l'étude, pour qui « la culture est un des plus grands atouts de l'Europe (…), un de ses grands espoirs ».