Europeana profite pour la première fois de la numérisation de Google books

Clément Solym - 28.09.2010

Edition - Bibliothèques - université - gand - europeana


C'est une première et pour le moment, elle n'a pas suscité de réactions officielles, mais la bibliothèque universitaire de Gand, en Belgique vient de mettre son catalogue numérisé par Google dans le fonds d'Europeana.

Avec plus de 30 millions de pages que Google Books avait patiemment numérisées, l'université est devenue la première contributrice à l'édification du projet de bibliothèque européenne numérique, dont les textes ont été entièrement convertis par la société américaine.

Avec plus de 100.000 volumes couvrant tous les champs de la pensée, désormais rajoutée à Europeana, c'est une participation immense à la construction du projet européen. Joke Schauvliege, ministre flamand de l'Environnement, de la Nature et de la Culture (fameux paradoxe, tout cela dans un même poste) se félicite évidemment de cette décision. « J'espère que l'addition de tant de pages à la base de données d'Europeana, stimulera l'utilisation de ces contenus riches du patrimoine culturel. »


Une collaboration entre les deux entités, l'université et Europeana, qui profite donc largement du travail de Google - lequel a récupéré, évidemment, une copie de tous les ouvrages numérisés. L'accord entre la firme américaine et la bibliothèque a débuté en 2007, pour la numérisation de 300.000 ouvrages en tout, tous tombés dans le domaine public.

Bien sûr, le partenariat avec Google a permis d'accélérer la situation, et surtout de faire profiter de ces textes l'ensemble des utilisateurs d'Europeana.

On trouvera quelques exemples des ouvrages ajoutés à cette adresse.