Européennes : Marc Levy commentateur politique pour France 2

Julien Helmlinger - 27.05.2014

Edition - International - Marc Levy - Elections - Européennes


Ce dimanche on a compté les scrutins des Européennes, constatant en pourcentages les dégringolades des grands partis et autres montées des extrêmes, sans compter une majorité d'abstentionnistes, Premier parti de France à sa façon. France 2 couvrait l'événement une bonne partie de la soirée, avec les interventions de responsables politiques, mais aussi de personnalités moins attendues comme Marc Levy. Des internautes s'en sont émus.

 

 

 

 

C'est que l'écrivain est expatrié depuis des années, à New York, aussi devait-il commenter la perception des résultats vus depuis le pays de l'Oncle Sam. D'entrée il a rappelé que « ce n'est pas parce que l'on vit à l'étranger que l'on est pas avant tout français. [...] Je suis évidemment européen et triste comme tout le monde ce soir. Ce qui caractérise les peuples d'Europe (vu de l'étranger) c'est que nous n'avons pas entendu de la part de nos hommes politiques depuis des années un projet de société, un projet de société qui nous réunisse ».

 

En tant que Français de l'étranger, toujours, Levy a notamment dressé un parallèle entre montée du FN et émergence du Tea Party américain, « autre parti populiste », peu après l'élection d'Obama. Selon lui ce type de montée intervient quand les partis de gouvernement finissent par se battre entre eux plutôt que de parler véritablement aux électeurs. « On ne nous parle que d'économie, mais on ne nous parle pas d'un vrai projet de société, et je crois que ce qui manque à notre jeunesse, il faut peut-être que le langage des hommes politiques soit un langage qui parle moins de technocratie. »

 

Il explique ensuite que l'avis des Américains, sur ces élections européennes et l'image de la France, sera conditionné par ce que dira la presse américaine. Marc Levy estime qu'elle risque notamment de « tirer à boulets rouges sur l'Europe, et dire l'Europe est morte parce que ça va renforcer la puissance américaine, ça va renforcer la puissance chinoise, parce que la grande erreur de Marine Le Pen c'est de nous faire croire qu'une France seule aurait les moyens de se battre économiquement ».

 

Si face aux urnes on s'abstient bien souvent, sur Twiter on tire sans sommation. On analyse parfois, mais plus généralement on se moque, on ironise, on se défoule.

 


 


 


 


 

 

Consolation pour l'Europe, les Ukrainiens sembleraient finalement moins euro-sceptiques que les Français. Un résumé original de la soirée sur France 2, via Imgur.