Évaluations : Luc Chatel condamne l'appel à tricher

Clément Solym - 17.01.2011

Edition - Société - evaluations - chatel - elèves


Le ministre de l'Éducation est furieux : la diffusion des évaluations sur Internet aujourd'hui, alors même que les élèves de CM2 planchent sur ces tests est une véritable honte. Et surtout, cela ne représente pas l'ensemble de la communauté scolaire.

Cité par l'AFP, le ministre s'insurge : « Il s'agit à mon sens d'un comportement inadmissible et irresponsable. Nous avons depuis deux ans des tentatives de sabotage du dispositif d'évaluation. Ces tentatives sont le fruit d'une infime minorité. Elles n'en demeurent pas moins indignes de l'École de la République. »

Et d'ajouter que pour lui, ce type de procédé va à l'encontre de toute forme d'éthique et même de déontologie, « que partage l'immense majorité de nos enseignants. Appeler les élèves à tricher, je pense que c'est l'opposé des valeurs de l'École de la République ».

Le ministre pourrait à ce titre entamer des poursuites, selon les conclusions des affaires juridiques du ministère, comme il l'a expliqué.

En cause, le site Evaluator, notamment, qui a proposé les textes des évaluations, pour inciter les parents et les enseignants à faire bachoter les élèves, pour truquer et rendre caduques les évaluations. (notre actualitté)

Mais Luc Chatel a confiance, et estime que les adultes sauront ce qu'il convient de faire ou de ne pas faire. Selon lui, les évaluations n'ont pas pour vocation d'établir un classement des établissements, mais représentent un outil indispensable pour « améliorer les performances de notre système éducatif ».

Les syndicats reprochent dans l'ensemble un système de notation binaire trop manichéen, et surtout que leurs critiques à l'égard des évaluations n'ont pas été entendues.