Évelyne Sullerot, décès de la sociologue qui fonda le Planning familial

Cécile Mazin - 03.04.2017

Edition - Société - Evelyne Sullerot décès - planning familial - sociologue femme droit


Vendredi dernier, le 31 mars 2017, Évelyne Sullerot est décédée des suites d’un cancer à l’âge de 92 ans. Sociologue, elle a fondé notamment le Planning Familial et s’est longtemps battue pour les femmes et les familles. « Ce qui a conduit toute ma vie, c’est la volonté d’aider les femmes pour leur permettre d’avoir une vie plus épanouie tout en responsabilisant les hommes, les pères. »

 

 

 

Sociologue et cofondatrice du Planning Familial, Évelyne Sullerot est décédée à Paris le 31 mars 2017 des suites d’un cancer, à l’âge de 92 ans. Née à Montrouge le 10 octobre 1924, sociologue et chercheuse, elle n’a cessé, du Bureau international du travail au conseil économique et social, de l’Institut de France à l’Union Européenne, de défendre la cause des femmes et des enfants. Ses travaux et ses livres ont connu un grand retentissement.

 

Fille d’un pasteur devenu psychiatre, Évelyne Sullerot se définit comme une éveilleuse. Dans les années d’après-guerre, jeune mère et professeur, elle s’interroge sur les freins empêchant les femmes d’accéder à plus d’autonomie et de pouvoir au sein du couple et dans la société.

 

Elle cofonde en 1956 l’association La Maternité Heureuse (devenue en 1960 le Planning Familial) qui milite pour la régulation des naissances, en se heurtant à l’opposition des catholiques et à l’hostilité des communistes. Les lois Neuwirth et Veil doivent beaucoup à son travail de sensibilisation.

 

Auteure de plus de vingt livres, elle venait d’achever L’Insoumise. Femmes, famille : les combats d’une vie (l’Archipel, parution le 5 avril), avec Bernard Morlino, journaliste au Magazine littéraire, livre où elle revient sur l’ensemble des combats de sa vie.

 

Évelyne Sullerot y évoque son parcours, livrant ses analyses sur la famille, les enfants, la contraception, comme sur les droits des pères. Elle formule ses convictions sur l’avenir de notre société, abordant les thèmes de l’homoparentalité, la GPA, la PMA, comme du mariage pour tous.