Russie : les lecteurs préfèrent encore le papier

Clément Solym - 29.06.2015

Edition - International - Russie lecture - livres numériques - téléchargement ventes


Une enquête réalisée en Russie sur les habitudes de lecture montrerait que la plupart des lecteurs préfèrent les ouvrages imprimés. Ils sont 49 % à l’affirmer, contre seulement 9 % à apprécier les livres numériques. Cependant, un élément plus révélateur indique que 37 % des Russes ne lisent pas de livres du tout. 

 

 

 

Les Russes qui lisent optent donc plus facilement pour les livres papier. Mais le format numérique est en croissance indique l’étude. La raison en est simple : les commodités qu’apporte l’ebook, pour les déplacements, sont incontestables.

 

En parallèle, on apprend aussi que les Russes désertent quelque peu les bibliothèques. Ces établissements cherchent, comme ailleurs, à diversifier leurs services pour conserver leurs usagers, tout en maintenant un certain nombre de lecteurs. 

 

Vadim Mescheryakov, directeur de la maison Mescheryakov Publishing House, explique que le nombre de personnes qui lisent des livres n’a pas vraiment évolué depuis plusieurs générations. Si les jeunes achètent des livres numériques, cela ne les empêche pas de lire des ouvrages imprimés. 

 

Mais les lecteurs contemporains seraient plus exigeants, et rigoureux. « Ils sont devenus de plus grands connaisseurs en littérature. Les goûts littéraires sont forgés dans l’enfance, et sont sans rapport avec les modes. Si les parents ont des goûts, ils les transmettront à leurs enfants. »

 

Il note également que les gens qui achètent des livres sont en général des personnes disposant d’un salaire moyen, plutôt que les catégories aisées. (via RBTH)


Pour approfondir

Editeur : Gallimard BD
Genre : bandes dessinees...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782070628254

Chagall en Russie t.1

de Joann Sfar

Vous ne lirez pas ici la vraie vie de Chagall. C'est un fabuleux conte juif, dont le héros se nomme Marc Chagall. Il vit dans un shtetl de la Russie des Tsars, à l'aube du XXe siècle. Il est jeune et très amoureux. Mais il est peintre aussi, et le père de celle qu'il aime veut pour sa fille " un bon juif qui ait un bon métier ". Quitter son amour ou bien la peinture ? Même le Rabbi de Loubavitch ne sait pas. Alors, Chagall suit la vision étrange qu'il a eue dans un rêve : un palais magnifique dont il aurait peint le plafond. Construire un opéra dans son village et montrer au beau-père.

J'achète ce livre grand format à 15 €