Examens : l'Unef réclame trois garanties

Clément Solym - 15.04.2009

Edition - Société - unef - étudiants - examens


Alors que les étudiants et les professeurs étaient invités lors de la CPU (Conférence des présidents d'universités) à retrouver le chemin des amphis, l'Unef (principal syndicat étudiant) demande « trois garanties » à la ministre de l'Enseignement supérieur, pour le bon déroulement des examens :

« Les examens ne porteront que sur les cours effectivement réalisés », « les modalités de rattrapages ne doivent en aucun cas priver les étudiants de leurs droits (pas de suppression des sessions de rattrapage) », « le versement des bourses ne saurait être interrompu au motif d'un manque d'assiduité »

Dans un communiqué révélé par l'AFP, l'Unef déclare : « Dans les universités concernées, l'Unef est déterminée à travailler aux aménagements du calendrier et des épreuves nécessaires ». Le syndicat affirme : « Des solutions peuvent encore être trouvées pour permettre aux étudiants de réussir leurs examens [...] la balle est aujourd'hui dans le camp de Valérie Pécresse ».

Selon l'Unef c'est le gouvernement qui « porte la responsabilité d'une crise qui dure ». Affirmant qu'en « dramatisant la situation des examens » celui-ci « semble désormais avoir fait le choix d'une stratégie de la peur et de la tension ». L'Unef estime que cela pourrait « conduire à des incidents graves ».