medias

Excédés, des libraires boycottent le prix Renaudot et son livre Amazon

Auteur invité - 10.09.2018

Edition - Librairies - prix Renaudot autoédition - libraires Amazon concurrence - boycott libraires Renaudot


Libraire durant 10 années, à Acheres dans les Yvelines (Librairie Neverland, aujourd'hui fermée), Mélanie Le Saux a découvert comme d'autres la liste du prix Renaudot. Son sang n'a fait qu'un tour. « Je ne suis peut-être pas la plus légitime, mais mon écœurement a pris le dessus et j’ai écrit une lettre ouverte au jury du Prix Renaudot », indique-t-elle.

 

Caravaggio Remake David and Goliath
David, hilare, après avoir triomphé de Goliath - domaine public, d'après Caravage



Dans le même temps, l’association Lil – Libraires indépendantes de Lorraine –, qui regroupe les libraires du Grand Est, réfléchit à un boycot du prix Renaudot, par un retour massif des livres présentés dans la liste. Un autre mouvement d'agacement, qui rejoint celui de Mélanie Le Saux.
 

Dans une lettre ouverte, elle explique ce ras-le-bol, cette exaspération, face au choix des jurés de retenir un titre commercialisé en autopublication, via Amazon. Une injure ? Face à une situation impossible, les libraires protestent.  « Merci de faire suivre si vous la pensez digne de l’être... Et si des libraires voulaient me faire l’honneur de la soutenir, peut-être aurions-nous l’opportunité de la faire publier dans les médias. Seule je ne suis rien. »
 

 

Lettre ouverte à l’attention des membres du jury du prix Renaudot.


Madame, Messieurs, c’est avec stupéfaction, incrédulité d’abord, indignation ensuite que j’ai découvert que vous aviez choisi de sélectionner un livre auto-édité chez… Amazon.

Autant dire que si cet ouvrage gagne le prix, et même s’il ne l’emporte pas d’ailleurs, les libraires se verront contraints de le commander chez leur concurrent le plus féroce. Celui-là même qui se targue d’éradiquer toutes les librairies, puis les éditeurs, pour avoir le monopole du circuit du livre.

Merci, donc, à vous président Frédéric Beigbeder, à Patrick Besson en particulier, qui a amené et défendu le livre en question, et aux autres. Merci madame Bona, messieurs Giudicelli, Giesbert, Chateaureynaud, Le Clézio, Pancrazi, Gardel et Garcin d’avoir créé ce précédent, d’avoir ouvert la porte bien grande à la « bête »… 

Alors bien sûr une question se pose. Sous prétexte de défendre un (peut-être) bon livre, de soutenir un auteur rejeté par le même milieu de l’édition qui l’avait jadis publié, de montrer du doigt je cite « l’israélophobie délirante des éditeurs traditionnels »… Vous êtes prêt à abandonner les librairies ?
 

“Chez les éditeurs traditionnels,
j'ai rencontré une israélophobie délirante”


Je ne peux pas croire un instant que vous soyez inconscients de la portée de votre acte, que vous ne vous rendiez pas compte que les libraires vont devoir désormais acheter et donc rapporter de l’argent à celui-là même qui veut leur fin. Je ne peux pas croire non plus que vous pensiez sérieusement, tout comme l’auteur, qu’Amazon puisse être garant du pluralisme que nous chérissons tous (et ne nous trompons pas de bataille, en aucun cas il ne s’agit de se battre contre l’auto-édition mais bien contre le géant américain, dont la nocivité, n’a plus à être démontrée…)

Car enfin le message que vous envoyez signifie que la librairie serait désormais superflue, libraire une profession en voie de disparition, un métier qui prendra place demain entre le cocher de fiacre et le poinçonneur des Lilas.
Alors je veux être « bienveillante » et m’interdire de penser qu’il n’est ici question que d’un coup de buzz, mais dans ce cas pourquoi Amazon ? Pourquoi pas n’importe quel autre auto-éditeur ?

Je peux également être optimiste (après tout, ouvrir et tenir pendant 10 ans une librairie en banlieue sans me payer…) et continuer à travailler sur un nouveau projet, dans une autre banlieue qui m’accueille.

Mais je ne dois pas être naïve… Comment aborder aujourd’hui ce métier si passionnant autant que difficile, si désormais la trahison vient de ceux qui devraient être les premiers défenseurs des libraires, ces libraires qui depuis toujours œuvrent en faveur de la diffusion du livre.

Ceux-ci devront-ils à leur tour boycotter le livre auto-édité, le Prix, voir les auteurs composant le jury, pour se faire entendre ? Certains commencent déjà à le murmurer… Mais de ce fait Amazon aurait déjà gagné. Heureusement beaucoup d’auteurs nous ont fait part de leur soutien, et je me garderais bien de les mettre tous dans le même sac !

Lisez... Mais lisez, bordel !
 

Libraire pendant 10 ans et désireuse de le redevenir, je refuse de baisser les bras, je veux continuer à me battre, mais pourrais-je le faire dans un monde où désormais Amazon peut remporter un prix et nous balayer sans que cela ne choque personne ? Dans un monde où, je viens à peine de l’apprendre, le ministère de la Culture proposerait un pass culture jeunesse de 500 euros, dont seulement 100 pour les livres, à dépenser y compris chez Amazon.


Madame, Messieurs, il ne me reste plus qu’à espérer que les autres membres des jurys littéraires ne suivront pas votre détestable exemple.
 

Mélanie Le Saux
 

Mise à jour 15 h 40 : 

 

Marie-Pierre Reibel, coordinatrice de l’association LIL, jointe par ActuaLitté, nous indique que, pour l’heure, « nous n’avons pas encore de position officielle. Plusieurs libraires adhérents ont, en signe de protestation, retourné les ouvrages de M. Besson, mais avant de mettre en place une action collective, nous attendons un peu ». 

 

De fait, l’ouvrage pointé par les libraires, commercialisé via Amazon, avait été largement soutenu par Patrick Besson, juré du prix Renaudot. « Les libraires attendent surtout la deuxième liste, pour tâter le terrain. Si ce fameux livre est toujours présent, alors il y a de fortes chances que ce ne soient pas que les livres de M. Besson qu’ils retourneront. »

 

Et d’indiquer, surtout, qu’il ne faut pas se méprendre sur la démarche. Le problème n’est certainement pas celui de l'auteur autopublié, mais « bien la plateforme sur laquelle elle est pratiquée. Les gens n’aiment pas l’entendre, quand ils sont clients d’Amazon, mais en achetant là, il cautionnent l’optimisation fiscale, autant que des pratiques qui ne sont pas propres, vis-à-vis des salariés ». 

 

Elle poursuit : « Nos emplois sont tous corrélés les uns aux autres, avec un impact sur les fournisseurs – les éditeurs en l’occurrence – qui sont significatifs. En achetant local, c’est leur propre emploi qu’ils préservent. » Dans le grand Est, plusieurs libraires ont rapidement réagi en choisissant le boycott pur et simple. Nous attendons désormais de plus amples informations.




Commentaires

C'est bien, continuez à vivre dans votre tour d'ivoire.



J'ai personnellement eu de très bonnes ventes et des critiques excellentes quand je suis sorti du circuit classique, qui lisait deux pages et demi de mes romans avant de mettre six mois pour me répondre que c'était "trop bizarre" tout en m'insultant à moitié. Et après, on critique les auteurs de manquer d'originalité, de ne pas être polis ni ponctuels. (Un "bonjour monsieur", apparemment, c'est trop demandé de la part d'un pauvre puceron qu'est un auteur peu populaire.)

Plus de 40 maisons d'édition, allez ! Démarche chez les libraires... "Ah bon ? Vous n'êtes pas Fred Vargas ? Dehors !"



Continuez à gentiment vous satisfaire d'un système daté qui vous fait, chaque jour, croire qu'il est objectif et parfait. J'aurais fort à parier qu'aucun d'entre vous ne l'a ne serait-ce qu'une page d'un livre auto-édité.



Seulement voilà, à la fin, faut appeler un chat un chat : ce n'est pas une question de glorifier Amazon, qui a ses problèmes, mais d'attaquer cette pensée ridicule et encore une fois profondément élitiste.



En boycottant Amazon, ce n'est pas l'entreprise que vous ferez souffrir. Amazon ne va pas fermer ces portes parce qu'un livre n'est pas acheté par des librairies de France. Ce sont les auteurs que vous détruisez en poussant les festivals à ne plus récompenser ceux qui tentent de voler de leurs propres ailes.



"Oh, mais les pauvres petites libraires qui ne gagnent plus de sous..."



C'est ça, oui. Et moi, quand je mettais des années à retravailler mes livres depuis ma chambre, tout en alternant avec un boulot alimentaire, je pouvais tout aussi bien manger mes chaussures et sucer les parties génitales des "majestueuses maisons d'édition" tout en me roulant dans leurs déjections... C'est beaucoup moins grave.



Bienvenue dans la Matrix. Gardez bien les yeux fermés surtout. Et continuez à rire et à citer des sources "prestigieuses" qui vendent votre "si magnifique" monde littéraire. Du moment que vous restez dans vos bulles, moi, ça me va parfaitement.



Gueulez forts. De toute manière, nous, on garde la fenêtre fermée.
Pathétique ce pré-carré autoproclamé de petites baronnies aigües et fières (la chaîne du livre) arc-bouté sur son pactole qui veut chasser le grand méchant loup mangeur de libraires et d'éditeurs.

Si le bouquin est bon, il est bon nom de Dieu.

Vous vous occupez de littérature, de textes ou de droit moral ?

Le monde de l'édition crève de son embourgeoisement vertueux, de son embonpoint. Amazon a peut être tous les défauts du monde mais il est aveugle et chaque plume peut ainsi s'y déployer sans devoir courber l'échine devant un parterre de poudreux hautains, méprisants et sachants. C'est déjà ça et ça fait un bien fou. Amazon libère quelque chose cloisonné, opère une mue nécessaire, c'est pas si mal, non.

Aux libraires de proposer une alternative, mais y'a du boulot vu l'effet repoussoir qu'engendre l'entrée d'une librairie dans le subconscient des français, dont le mien (peu éduqué il est vrai). Désolé, je vous dis les choses. Pourquoi les gens qui osent pousser la porte d'une librairie se font de plus en plus rares. Vous remettre un peu en question, ça ne vous viendrait pas à l'idée...

Alors, plutôt que de désigner un bouc émissaire et de la charger de tous nos maux, débusquons la bête en nous et combattons-là mano a mano, c'est plus courageux.

Révolutionnez les librairies si vous voulez survivre en milieu hostile. Et y'a du boulot croyez-moi !

Dans l'édition comme ailleurs, le mal est invisible, il campe sur nos certitudes et se nourrit de nos petites lâchetés quotidiennes. Amen.
Estelas Editions est une petite ME. On se débrouille comme on peut pour être diffusé et ça marche plutôt pas mal. Il y a 3 ans, on a demandé à 1830 librairies si elles étaient intéressées pour qu'on fasse un dépôt-vente chez elles. Seules 2 nous on dit Oui, les autres refusant, arguant que ça leur ferait trop de travail.

Pour nous développer il a bien fallu trouver quelqu'un qui accepte de nous les commercialiser. Devinez qui. Les libraires se tirent une balle dans le pied et après ils viennent nous dire que ça fait mal.

Après cette expérience, nous avons chnagé notre façon de voir les choses et surtout les libraires. On a compris que ce ne sera pas eux qui commercialiseront nos titres. Et on a bien fait. Notre maison se porte comme un charme, pas 1€ de dette, de crédit, d'en-cours ou de je ne sais quoi. Une distribution de nos ouvrages en gandes surfaces et dans des chaînes spécialisées. Et c'est très bien comme ça puisque notre ligne éditoriale vise le grand public. On l'a trouvé là où il se trouve.
Très chouette l'illustration!

Dans la chaîne du livre, le maillon faible c'est l'auteur. Payé ou non, par des éditeurs ( des vrais ) fâchés avec les chiffres, voué aux gémonies sitôt qu'il sort du moule éditorial ambiant, boycotté enfin par des libraires allergiques au principe de l'auto édition.

Madame Saux, en attaquant de front Amazon, grand méchant loup dévoreur de galette et de petit chaperon rouge, pensez-vous aider votre belle profession ?

Le bon libraire, et ils sont nombreux en France, est un amoureux du Livre. Son contenu passe avant son contenant. Belle couverture, foutaise! Prix à la clef, même pas un critère.

Le bon libraire a des coups de coeur et non des coups de sang; il ne devrait pas "sabrer", comme vous le faites, la tête pensante de la chaîne du livre... je veux parler de l'auteur, tout simplement.

Car sans auteur, plus de livres bien sûr et, in fine, plus de librairie non plus!

Et comme le disait si bien notre facétieux Voltaire: " Les Français n'ont pas la tête épique".
Bonjour à tous et à toutes,

… Le moins que l’on puisse dire c’est que le sujet extra-sensible entraîne sans doute le plus gros score de réactions. Et il y a de quoi.



Si je puis me permettre, je dirais « Tout poison se transforme en élixir »… cette « affaire » car oui, c’est une affaire est à exploiter de manière positive. Il est grand temps que tout cela explose et qu’on rebatte les cartes.



Le monde a changé. Le monde du livre aussi.



La plupart des éditeurs d’ailleurs tous unis et réunis en grands groupes ne jouent plus le jeu. C’est indiscutable. Je peux témoigner : j’ai écrit 24 livres : 3 sont passés chez un éditeur. Pour 2 d’entre eux je n’ai jamais touché mes droits d’auteur. Le comble j’ai porté les cartons des 500 livres vendus le jour d’un salon et on m’a répondu que le livre ne se vendait pas…

Au final, j’ai fini par créer une petite structure et là… après le mépris des éditeurs, j’ai rencontré celui de libraires qui placent votre ouvrage au ras du sol derrière un panneau publicitaire et… s’étonnent de ne pas en vendre ! Quand le personnage principal est Sissi, il y a de quoi surprendre. Surtout lorsqu’en 2 h de dédicace ailleurs (hors librairie !!!) vous en vendez 52…



C’est tout un monde qui est à revoir et c’est urgent.



Bien sûr qu’Amazon est un monstre, une pieuvre dont les tentacules étouffent les libraires. Nous ne sommes pas coupables mais… tous responsables. Nous les écrivains dont les manuscrits n’ont pas encore été ouverts au bout de 6 mois et laissons faire, tellement nous espérons… Et pire, craignons les représailles car dans ce monde-là tout le monde, c’est la mafia « tous unis », je n’ose dire tous pourris… Certains se démarquent : ce sont souvent les éditeurs d’ouvrages professionnels. Je pense aux éditions Chronique sociale à Lyon qui font du bon travail et payent leurs auteurs.



Restent aussi que des éditeurs se sentent tout puissants se permettant de changer le titre ou la couverture que vous souhaitez. Pas le choix, tu dis OK… ou tu vas te faire voir ailleurs. Même si tu as proposé un titre de 3 mots que tout le monde retiendra et qu’il en fait un de… 12 mots !

Alors que la règle marketing insiste « pas plus de 6 mots » !



Je pourrais aussi vous parler d’un prix littéraire dont je fus jury et pour lequel on avait déjà préparé les bandes rouge destinées à un auteur très connu… C’est normal, ces livres sont de grande qualité. Sauf que celui présenté au jury n’était… qu’un quasi copié/collé d’un autre paru 20 ans plus tôt… Nous avons dû menacer de « balancer » pour que l’auteur choisi à 80
Amazon, pas obligé, je pense qu'on peut publier, vivre et réussir sans Amazon. Les amis du livre trouvent et trouveront d'autres alternatives.

Il reste un public en France pour les bons livres , des lecteurs qui se fichent, voire fuient les prix littéraires convenus, des éditeurs et des auteurs qui ont du talent. Des petits malins qui voient qu'Amazon n'est pas toujours à jour et accessoirement massacre notre belle langue française. Des gens qui privilégient le contact humain et de vraies compétences continuent à se tourner vers les libraires qui peuvent retourner les offices qui les embêtent. Alors arrêtez de pleurnicher que l'ogre Amazon va tout avaler, la crise est générale et hélas en France il y a beaucoup de commerces, autre que librairies qui ont fermé ces deux dernières années. Lorsque l'on arrive à des fins de cycle, on boit la coupe jusqu'à la lie, créons du renouveau. Avec tout mon respect et mon amour envers les libraires physiques qui vont opter pour des dimensions humaines et culturelles qui vont leur permettent de renaître, j'en suis persuadée. Et laissons Amazon prospérer sur le lowcost.
... J'ai oublié le meilleur !

J'ai même reçu le refus d 'un éditeur à qui... je n'avais jamais envoyé de manuscrits !!! Qui dit mieux ? LOL oh oh downer
Même si Amazon vend un certain nombre de navets auto-édités, les éditeurs vendent aussi des navets. Reste la question de fond : faut-il défendre les textes, ou bien les éditeurs et les libraires ?
Je lis tout le fiel de certains, essentiellement auteurs, contre la librairie et l'édition ("traditionnelles" ?). Il s'agit pourtant, dans le texte proposé, d'une libraire donnant son avis de professionnelle sur un livre que les libraires, s'il est bon, ne pourront pas vendre.



Le propos n'est pas ici de ne pas vouloir donner sa chance à un auteur, mais plutôt de pouvoir le mettre en avant si son travail est jugé bon.





Par ailleurs, il est question dans ce texte de défense des libraires contre Amazon... Vous trouvez tous les libraires pédants, incompétents, etc. (notamment parce qu'ils ne vous choisissent pas) ? Très bien. Mais les lecteurs qui vont acheter chez eux y vont pour quelles raisons ? Peut-être le libraire fait-il un choix personnel dans l'offre ? Qui plait aux lecteurs ? (Sans algorithme...) Vous avez le droit de ne pas aimer ces libraires qui ne vous choisissent pas, comme ils ont le droit de ne pas vous mettre en avant. Par contre, il me semble assez facile de considérer le gentil Amazon comme votre sauveur contre les méchants libraires ; Amazon n'est pas plus neutre dans l'offre proposée aux lecteurs que le libraire.

Questions subsidiaires (qui n'est pas une provocation, plutôt une boutade) : que répondent les grandes surfaces quand vous les démarchez pour acheter vos livres ? Que répond Amazon quand vous aimeriez faire une séance de dédicace pour vous mettre en avant ?





Contrairement à certains qui semblent ne pas savoir de quoi il retourne, je ne parlerai pas ici de rémunération, sachant bien les disparités qui existent entre l'auteur, un fiscaliste d'Amazon, l'éditeur qui prend les risques et le libraire sans cœur.



Belle rentrée littéraire à tous
Qu'en termes délicats ces choses là sont dites.

Non, il ne s'agit pas, loin s'en faut du simple "avis de professionnelle sur un livre que les libraires, s'il est bon, ne pourront pas vendre.", Ou alors nous n'avons pas lu le même texte.

Il s'agit bel et bien de la pression d'une représentante des libraires contre un jury littéraire qui a eu l'outrecuidance de choisir un nominé qui n'a pas emprunté les voix canoniques de l'édition "traditionnelle", mais a osé s'allier au croquemitaine Amazon. D'un appel au boycott. A travers cela, il s 'agit s'une attaque directe contre 'auto-édition, comme l'ont très bien ressentis les "sous auteurs" qui y font appel, et ont osé, les gueux, faire état de leurs récriminations.



Amazon n'a rien de neutre, mais il est clair : il veut gagner de l'argent, un maximum d'argent. Les libraires aussi, les éditeurs itou. Et pour cela, il offre aux auteurs des conditions que pas un des éditeurs traditionnels et de leurs affidés libraires ne semble capable d'égaler.

Qui t'a fait roi, pourrait t'on demander au grand méchant. Qu'ont fait les libraires et les éditeurs lors de ascension d'Amazon ? Rien. Ils sont restés les bras ballants, à se gausser, entre gens de bien, du numérique et de ces idiots qui commandaient leurs livres via des modem 1200 bauds (ou presque). Ha, si, avec les éditeurs, ils ont obtenu une belle avancée : que les fichiers soient vendus au prix du papier, détruisant tout développement réel de la lecture électronique en France.



Alors, Questions subsidiaires (qui ne sont pas une provocation, plutôt une boutade) : que répondent les libraires quand vous les démarchez pour acheter des livres scientifiques d'occasion parus aux USA et non importés en France ? Que répondent-ils quand vous aimeriez publier votre livre et le mettre à disposition d'une bonne partie du monde ?



Jadis il y eut, dans ma bonne ville, une belle et grande librairie. Elle est morte. Amazon m'a tuer ? Certes pas. Il tétait encore sa mère. Ce qui l'a tuée, c'est la hausse continue du loyer de l'immobilier en centre villes. C'est aussi, en ayant chassé la voiture de la ville, la fin de la clientèle de la plèbe de banlieue qui a préféré se rabattre, si ce n'est que le grand méchant loup, sur des chaines de librairies, ou des grandes surfaces où l'on peut (encore) se garer.



Quand à la rémunération, oui, évitons d'en parler. "Par de semblables objets les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées". Où irions nous si les gueux ne se contentaient plus de leurs 5 à 10
Parlons un peu de choses sérieuses, si vous voulez bien : de caillasse, de flouze, d'artiche, de blé, de picaillon, de braise, de thune et de fric.

Les prix littéraires ne sont pas une consécration artistique (il suffit, si vous voulez vous en convaincre, de parcourir la liste des titres qui ont été couronnés), ils sont un évènement économique du marché du livre. Pas de la littérature : du livre.

Si (par très loufoque hypothèse), les jurés du Renaudot couronnait l'indispensable chef-d'oeuvre du très méconnu Koskas, le prix Renaudot se tirerait une balle (que dis-je, une balle : une rafale) dans le pied parce que le jury Renaudot n'a qu'une chose à faire valoir : son influence commerciale. C'est vrai des autres jurys également, et si le Goncourt trône au sommet, c'est bien parce que c'est le prix qui (normalement) assure le nombre de ventes le plus conséquent. Le pouvoir du jury Renaudot est symbolique, mais il a une traduction économique. Couronner un livre publié à compte d'auteur et distribué en dehors des plus gros pourvoyeurs de produits éditoriaux serait une monumentale erreur qui, j'en suis certain, n'échappe à personne.

Tout ça pour dire que Koskas fera très probablement un petit tour dans la sélection et s'en fera éjecter avec les honneurs dus à son rang.

Même Patrick Besson risque d'en revenir lorsqu'il constatera avec un généreux effroi que son prochain et périssable monument littéraire (Le Milieu de terrain, à paraître le 10 octobre chez Grasset) sera absent des tables des libraires ou disponible seulement à la commande. Pour le coup, sa rémunération, il n'oubliera certainement pas d'en parler... et il est possible que son éditer lui rappelle le confortable à-valoir qu'il a touché pour des ventes qui risquent bien d'être des plus chétives.

Maintenant, sans vouloir me mêler du commerce d'ouvrages scientifiques étasuniens épuisés (commerce auquel je n'entends rien... mais je me demande ce que dirait votre concessionnaire Renault si vous vouliez lui commander une Cadillac 1967), j'ai une petite idée de ce qu'il pense par-devers lui (s'il est poli) quand vous lui faites part de votre désir de publier votre livre et de le mettre à disposition d'une bonne partie du monde.

Il pense probablement que, si vous voulez que votre livre soit édité, le mieux est que vous vous tourniez vers des éditeurs dont c'est le métier. Il y a assez d'éditeurs en France pour qu'un livre correct soit, tôt ou tard, édité parce qu'aucun éditeur ne refusera de gagner de l'argent avec un livre qui peut se vendre. Si un livre fait l'unanimité des éditeurs pour ne pas le publier, alors (dût votre modestie en souffrir) il est probable que c'est une daube de fort calibre.

Il (votre librairie) pensera probablement aussi que vous n'avez aucune idée de la bonne partie du monde qui est véritablement intéressée par (ce n'est qu'un exemple) une première étreinte ou des néoptères idéalement spleenétiques et qui serait disposée à claquer 8,99 € hors taxe au nom de cet intérêt, et que les 3 exemplaires qu'il acceptera peut-être de prendre en rayon vont moisir pendant quelques années avant que vous vous souciez de venir lui en demander des nouvelles : il le sait, parce que vous le 4478ème cette année à lui avoir fait le coup.

Votre libraire et moi penserons également que vous n'avez pas la moindre idée de ce qu'est le commerce du livre pour de vrai, et pas dans vos fantasmes. Les conditions commerciales tellement avantageuses que vous offre Amazon, combien vous feront-elles de sous dans la poche avec vos 17 exemplaires vendus (en comptant votre famille et vos amis) ?

La réalité, c'est qu'un livre représente une certaine somme d'argent (plutôt moins qu'un nouveau téléphone ou une fringue à la mode, mais tout de même) et que le rôle des libraires est de vous aider à vous orienter, en fonction de vos goûts, au milieu d'une production dont vous n'avez manifestement pas la moindre idée.

C'est tout l'intérêt des éditeurs et des libraires : contrairement à Amazon, ils discriminent, c'est-à-dire qu'ils sont capables de distinguer les qualités de tel ou tel livre, ce qui est le dernier souci du site logistique Amazon.
Lorsque l'on se pique d'écrire, il faut encore savoir lire, ce qui, me semble t'il, ne semble pas donné à tout le monde. Alors clarifions ce qui semble obscurcit par les lumières (post)modernes des adeptes des néologismes de l'extrême (gauche).

Ma boutade sur les libraires reprenait celle de Nicolas, plus haut. Encore fallait-il le lire, lui aussi.

Je ne parle nullement d'ouvrages "épuisés" (où donc ai-je dit cela?) mais bien au contraire, d'ouvrages si récents qu'ils n'ont pas encore été traduits alors qu'ils sont disponibles d'occasion dans leur pays d'origine.

Quand à ma seconde remarque vous semblez prendre au premier degré ce qui relève évidemment du second. Singulier manque de discernement, qui rend sans objet votre pénible discours sur les mérites des rôles respectifs des libraires et des éditeurs (à moins que je ne vous écrive depuis le 17e siècle).

Pour information, il se trouve que je suis édité à la fois comme traducteur et comme auteur.

Vous évitez soigneusement de répondre sur le fond : pour vous, auto-édition = merde. Fort heureusement, comme vous le dites, les éditeurs et les libraires "discriminent". Cette fois, c'est le mot juste. Bravo.

Pour le reste, je vous laisse à vos illusions, et à votre défense d'un système a bout de souffle, qui réponse que l'exploitation de la majorité des auteurs, s'en délecte et le revendique. Que ces gueux se taisent avec leurs 5 à 10 %, et laissent officier ceux qui ont la noblesse nécéssaire à jouer les arbitres des élégances et des qualités. Peut être, si vous y croyez très fort, cela deviendra réel.
Oui, M. Reboud, surtout que vous parlez des plaintes répétées des auteurs ratés voués à disparaître face aux grands éditeurs "dont c'est le métier", mais, en attendant, ce sont ces mêmes auteurs qui percent et les autres qui se meurent.



La frustration, elle vient de vous, libraires. C'est vous qui appelez à ce boycott stupide parce que vous vous sentez menacés.



Et si vous agissez ainsi, c'est bien parce qu'il y a une menace conséquente.

Et cette menace, elle est née de cette attitude méprisante.



Intéressez-vous de plus près l'auto-édition. Nuancez les choses. Nombreux sont les livres publiés tout aussi lamentables et nombreux sont les livres auto-édités qui ont du succès.



The Martian ? Auto-édité, refusé par tout le monde. C'est les lecteurs qui l'ont choisi et après seulement il a été racheté. Harry Potter ? Publié sur un coup de tête par un éditeur minuscule qui l'a fait sans conviction parce que sa fille voulait savoir la suite. JK Rowling avait enchaîné les refus avant. Si l'auto-édition avait été plus conséquente à cette époque, il y aurait fort à parier qu'elle y serait allée.



On sent le pognon qu'après pour les ME. "Si un livre se vend, on l'achète." Faites pas l'âne : un livre se vend quand il est en vente. La qualité n'a jamais été le seul argument de vente. (Et des fois, il ne l'est même pas... Y a qu'à voir Werber par exemple.)



Je le répète, pour ma part, je n'ai jamais eu un refus qui critiquait la qualité de mes livres. On me disait juste qu'on avait peur de le faire ou qu'on avait pas envie ou que j'étais pas connu... et ça, c'est quand on me répondait encore. Et sans insulte. Parce que souvent mes "bonjour monsieur, merci de votre temps, cordialement" se répondaient par un "allez vous faire voir".



J'ai été publié un an dans une maison d'édition et c'était une catastrophe. Mauvaises corrections, pas de pubs, distribution mal menée... Je n'ai réussi qu'à rattraper les meubles qu'une fois les droits récupérés, seul. En somme, je m'en sors mille fois mieux et parvient à être bien plus professionnel à mon compte. Et, pour connaître le milieu, à voir mes collègues, je ne suis ni le premier ni le dernier.



A savoir que c'était lorsque j'étais publié que j'ai démarché auprès des libraires et qu'on m'a parlé exactement comme vous le faites aujourd'hui : avec mépris. Ma maison était trop petite donc j'étais forcément nul, hein. Mes années d'études, mon expérience dans les milieux de l'écriture depuis plus de dix ans, c'était secondaire. Et puis, ils n'allaient pas lire une page de mon livre non plus. Il suffisait de voir mon visage pour savoir que j'étais mauvais. Même ma couverture était bonne, dessinée par un pro, mais ça suffisait pas. Rien de ça ne suffisait.



Le refus n'est pas forcément lié à la qualité. Des fois, c'est la peur du risque ou le simple mépris et désintérêt... comme le vôtre.

"Je ne vais pas me fatiguer à découvrir quelque chose de nouveau."

Et là, d'un coup, merde... Ces mêmes trucs que j'ai méprisés commencent à prendre de l'importance.

Battons-nous les amis !



Si vous nous prenez de haut, soit, mais foutez-nous la paix.



C'est vous qui hurlez parce que les choses ne vont pas dans votre sens. C'est vous qui agissez de façon pitoyable.
Quoique je ne sois plus libraire aujourd'hui, je ne suis pas candide au point de croire que les efforts conjugués de professionnels suffiront à éradiquer le tsunami d'auteur.e.s diversement accompli.e.s (je sens bien que "raté.e.s" vous chagrine), et à vrai dire c'est très bien.

J'ai reconnu, dans un autre commentaire, un mérite à Amazon, celui de purger les librairies de ces livres invendus parce que bien souvent invendables et ni faits ni à faire.

Je n'ai pas lu The Martian (et peut-être n'avez-vous pas lu Du côté de chez Swann ou Au château d'Argol). Peut-être The Martian est-il un chef-d'oeuvre, il n'en restera pas moins qu'une exception demeurera longtemps encore une exception. Néanmoins, et quoique je sois assez porté sur la littérature et le cinéma de science-fiction, ni le roman de Weir, ni le film de Ridley Scott (Ridley Scott pourtant...) ne m'ont incité à m'y intéresser : c'est peut-être une erreur de ma part, soit, mais je crois fermement que ni le succès ni l'insuccès ne font le chef-d'oeuvre.

En outre, à m'en tenir à ce qu'en dit Wikipedia, Weir a commencé en proposant gratuitement son roman, puis (sur la demande de lecteurs) l'a proposé en édition numérique : je ne vois dans cette histoire édifiante rien qui mentionne les multiples refus d'éditeurs. Au contraire, il semble même que ce soit parce qu'il était devenu une des meilleures ventes sur Kindle qu'un agent a pris contact avec lui pour le faire éditer chez Crown : la consécration par les éditeurs professionnels, en somme !

La belle histoire de Rowling suggère les mêmes précautions : peut-être avez-vous raison et peut-être aurait-elle eu recours au compte d'auteur s'il avait été plus performant... Peut-être. Mais, outre que je ne vois pas bien que cela prouve quoi que ce soit, êtes-vous certain qu'elle aurait ainsi connu le même succès ?

Aussi, lorsque vous soutenez avec une candeur certaine que ce sont les auteurs auto-édités qui percent et les autres qui meurent, j'ai tendance à penser que vous ne livrez en fait qu'un seul scoop : c'est que vous n'avez pas une idée très précise de ce qui se lit et se vend en France.

Venons-en à d'autres histoires de muet, d'aveugle et de sourd...

Je comprends bien que vous visez une clientèle adolescente et que c'est donc à cette aune qu'il faudrait que je lise vos romans (ce que je ne ferai probablement pas). Me permettez-vous, en préambule, de vous faire remarquer que vous ne devriez peut-être pas tirer des conclusions définitives à partir de votre seule expérience avec une maison d'édition aussi éminente que Boz'Dodor ?

Autant que je vous avoue que je connais de votre muet que le (très bref) résumé qu'en donne le site marchand de Decitre et de votre aveugle que ce même résumé et ce que j'ai pu en lire sur votre page d'un réseau social bien connu (outre les couvertures qui offensent un tantinet mon sens de l'esthétique, mais le goût n'est certes pas une chose universelle).

Si vous rencontrez un certain succès avec ce genre d'histoires, j'en suis très heureux pour vous. Je ne vous cache pas que je n'ai quant à moi eu aucun mal à réfréner mon enthousiasme. A votre tour, vous devriez être très heureux pour les libraires qui n'auront pas à surmonter le sentiment d'accablement (plus que de mépris) lorsque quelqu'un (vous peut-être) viendra leur demander d'en accepter un nombre d'exemplaires qui reste à déterminer.

Vous avez parfaitement raison : des livres dispensables publiés à compte d'éditeur, les librairies en regorgent déjà. Quand ils se vendent, c'est moindre mal. Quand ils ne se vendent pas, c'est carrément la double peine. Raison de plus pour ne pas les laisser proliférer.
Ha ha ! Cher Thierry ! Bravo ! Vous m'avez attaqué exactement là où je m'attendais que vous le fassiez. Vous ne m'avez pas déçu.



Et encore : je pensais qu'il aurait fallu que j'insiste un peu pour que vous fassiez des recherches sur moi. Sur ce point, donc, vous m'impressionnez.



Donc forcément, blessé et têtu comme vous l'êtes, vous êtes allé chercher sur mes pages la moindre information pouvant me descendre, pour confirmer votre point de vue.



Seulement voilà, je me connais et je connais mon travail. Face aux excellentes critiques et à mes résumés sans faute, vous n'avez rien trouvé à vous mettre sous la dent.



Donc vous y êtes allé au plus grossier : disons que les couvertures sont laides (mon illustrateur en aurait le sourire aux lèvres) et que c'est un livre pour adolescents... donc mauvais. J'imagine.



Parce que maintenant, on va souligner que la romance jeunesse, c'est du caca aussi. On va tout faire pour montrer que l'auto-édition, c'est de la merde.



Allez ! On va même dire que The Martian, ça a du succès, mais c'est pas bien en réalité. Et puis si, c'était mérité parce que ça a été signé à la fin... Trois ans plus tard, une fois que le gars avait bien ramé tout seul. Donc exactement ce que fait un auto-édité lambda.



Je vous invite à lire sinon. Après avoir lu la page Wikipédia, comme vous dites... Oui, les deux premières lignes en somme. Je cite : "Après un premier contact infructueux avec des éditeurs, le roman est mis en ligne par son auteur sur son site internet en 2011. Une version, commercialisée sur le site du marchand en ligne Amazon.com à un prix plancher (99 cents), rencontre un grand succès. Celui-ci attire l'attention des éditeurs et Andy Weir vend les droits à Crown Publishing Group (en)."



Mais c'est vrai que lire avant d'émettre un jugement, pour vous, c'est un peu difficile. On reste en surface.



C'est comme parler à un tourne-disque sur un mur. On ne fait rien avancer. L'important, c'est d'avoir raison.



Le fait que vous réagissiez comme tel, que vous ne prenez même pas la peine de lire mon travail ni mes chroniques prouvent, de ce fait, bien mon point. Vous êtes méprisant, hautain et incapable de dépasser vos propres préjugés. Surtout, vous ne lisez pas. Vous vous contentez d'imaginer.



"C'est mauvais, c'est tout. C'est impossible que ça ne soit pas mauvais. Ou alors c'est une exception. Oui, c'est ça. Les ME sont formidables (sauf celle que vous aviez, M. Kochmann : elle est scandaleuse). Le succès n'est pas un gage de qualité, l'insuccès, pas celui d'un manque de qualité... Ce qui va complètement à l'encontre de mon affirmation que les auto-édités sont tous très mauvais. Quoi qu'il arrive, j'ai raison. Allez-y, écoutez-moi. J'ai raison !"



Vous êtes l'exacte représentation de ce que je critiquais. Je n'ai même pas besoin d'en faire la démonstration. Vous êtes une caricature.



Après, en toute honnêteté, et j'insiste, on n'a pas besoin de gens comme vous. On s'en moque : on se débrouille très bien sans. Tant que vous ne marchez pas sur nos plates-bandes, vous pouvez continuer à râler et à prendre le monde de haut. Vous êtes dans vos bulles : qu'on vous y laisse.



Maintenant, quand vous commencez à appeler le boycott parce que vous vous sentez menacés, comme des petits animaux en danger, là ça nous embête. Voir votre propre incompétence vous revenir dessus comme un boomerang... C'est votre problème, pas le nôtre.



Et après, vous osez me dire que les libraires n'ont pas peur de mourir ? Qu'ils se portent au mieux ?



Alors pourquoi tout ce cinéma ?



Nous, on est très bien sans ça.



Et puis, qui dit boycott des librairies dit plus d'achats sur Amazon.



Donc, en somme, de quoi je me plains ? Merci beaucoup pour votre aide.



Pour une fois, votre ignorance aura du bon.
Mais où donc avez-vous vu que je vous attaque ?

Si j'ai pris la précaution de vous écrire que je ne vous ai pas lu, c'est précisément parce que ça me rend parfaitement incapable de porter le moindre jugement (dans un sens ou dans l'autre) sur vos livres ! J'ajoute que si j'ai précisé que je ne vous lirai probablement pas, c'est pour vous indiquer qu'il y a fort à parier que cette impossibilité de porter un jugement sur votre production dure encore un peu de temps.

Où avez-vous vu que j'ai porté un quelconque jugement sur le livre de Weir ? Je n'ai aucune opinion à son sujet, pas plus qu'au sujet du film qui en a été tiré.

Que vos livres ou celui de Weir (ou le film de Ridley Scott) ne m'attirent pas ne signifient pas qu'ils sont mauvais... mais ça ne signifie pas non plus qu'ils sont bons. En fait, ça ne signifie qu'une chose (et vous devriez vous en tenir à cela), c'est qu'ils ne m'attirent pas.

De même, sur les couvertures de vos livres : en quoi le fait qu'elles me piquent les yeux les rend-elles laides ou belles ? Aussi longtemps que votre illustrateur ne se mêlera pas de redécorer mon domicile, ça n'a aucune importance.

A titre indicatif, j'ai présenté et vendu aux libraires (pendant assez longtemps tout de même !) les livres des éditions Bragelonne dont la ligne esthétique n'est pas précisément ma tasse de thé. Et alors ? Ces couvertures étaient bien faites, et mon (peu de) goût pour elles n'avaient rigoureusement aucun intérêt. Les vôtres vous plaisent, fort bien ; elles plaisent à votre lectorat, c'est mieux encore.

Si vous alliez plus souvent en librairie, vous constateriez sans doute que le nombre de couvertures qui offensent votre esthétique est considérable et que, néanmoins, plusieurs d'entre elles rencontrent l'assentiment du lectorat qu'elles visent : sur ce point (comme sur le fait que vous jugiez le travail d'une maison d'édition à partir du seul exemple de Boz'Dodor), vous devriez essayer de sortir de votre tout petit sillon et considérer les choses dans leur ensemble. Votre clairvoyance ne s'en trouverait probablement pas amoindrie.

Je vous parle de commerce, pas de littérature ou de beaux-arts. Les prix littéraires sont du commerce, pas de la littérature. Vous avez trouvé un créneau commercial qui vous convient, c'est parfait.

Encore une fois, vous vous faites plaisir en publiant des livres sur lesquels je n'ai aucune opinion et vous faites plaisir à des lecteurs : la vie est belle. Si tous les livres publiés à compte d'auteur en faisaient autant en épargnant les libraires, ce n'en serait que mieux parce que le constat trop souvent vérifié, crûment commercial, c'est que les livres publiés à compte d'auteur(sauf exceptions, notamment dans le domaine de l'édition régionaliste) ne se vendent pas dans les librairies.

Pour le reste, vous ne m'ôterez pas de l'idée que, compte tenu du nombre très considérable de maisons d'éditions professionnelles et compétentes en France, j'ai du mal à croire qu'un livre bien foutu (je ne vous parle même pas de chef-d'oeuvre) et susceptible de rapporter un tantinet d'argent (je ne vous parle même pas de jackpot) échappe à toutes. Et si ça arrive une fois, cela ne fera que vérifier l'adage selon lequel l'exception confirme la règle.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.