Exclusif : En France, l'ebook représente 1,8 % du chiffre d'affaires

Clément Solym - 30.06.2011

Edition - Economie - livre - numerique - france


À l'occasion de l'Assemblée générale du Syndicat national de l'édition, plusieurs informations ont été délivrées par le président, Antoine Gallimard. Sur la question du livre numérique, les informations données feront rire jaune.

En effet, le SNE constate, non sans une légère note d'ironie que « la vente des livres numériques, si elle progresse en 2010, reste marginale ».

En effet, les ventes d'ebooks représentent donc 1,8 % « du chiffre d'affaires total de l'activité, pour un montant de 54 millions d'euros, hors applications ou licences », expliquait ce matin Antoine Gallimard, président du SNE. « Il faut toutefois préciser que la part des livres numériques vendus en ligne, bien qu'en progression sensible (de l'ordre de 40 %), ne représente qu'un tiers de ce chiffre », ajoute-t-il.


Effectivement, 1,8 % du CA de l'édition en France, qui totalise 4,6 milliards € HT, ce n'est pas le Nirvana. Mais histoire de remuer le couteau dans l'Apple, oups, la plaie, Antoine Gallimard insiste : « Vous conviendrez avec moi qu'il y a un vrai décalage entre la fascination qu'exerce le numérique aujourd'hui et sa réalité commerciale. Difficile de faire la part entre les promesses crédibles d'ouverture et de croissance de nos marchés et les fantasmes que peut engendrer ce nouvel âge technologique », poursuit le président.

Certes, Mister président, auquel on ne manquera pas de souhaiter un Happy Birthday. Mais si comme il le précise si bien, la feuille de route du SNE était de « favoriser l'émergence d'un marché légal du livre numérique attractif », force est de constater que rien n'a été fait en ce sens. Fut-ce par la politique tarifaire globalement adoptée par les éditeurs - à quelques rares exceptions près, pure-players ou non - il est honteux, de clamer que le marché tarde à se lancer, alors que tout est fait pour le retenir.

« N'oublions pas qu'à l'époque de la ruée vers l'or, ceux qui se sont sûrement enrichis ont été les vendeurs de pelles, de tamis et de brouettes. Aujourd'hui, ceux qui s'enrichissent, ce sont les vendeurs de tablettes », conclut le président.

Qui ne manque pas non plus d'évoquer la loi Prisunic, et l'importance qu'Hervé Gaymard a pu jouer à ce sujet. Ou plutôt, devrions-nous décrypter, la posture de l'autruche adoptée par Gaymard, et dont la tête était bien solidement enfoncée dans le sable par ceux-là mêmes qui redoutent que le livre ne leur échappe.

C'est-à-dire que les profits, pour le dire plus franchement, ne leur rentrent pas dans les poches.

Nous reviendrons plus longuement sur cette AG dans d'autres articles.

Mise à jour :
Pour entrer plus dans le détail, il faut noter quelques précisions : d'abord, la vente d'ebook est en croissance de 8 % entre 2009 et 2010, pour un montant exact de 52,9 millions €. On constate une baisse de 2,6 % en valeur, et une hausse des ventes en ligne, soit 37 % en valeur. En revanche, « les ventes d'applications et livres sur Apple Store [sic ! le terme juste est App Store] sont en hausse de +412 %, mais sur une base étroite (300 k€ de chiffre d'affaires net) ».

« Grande différence avec la musique : cette substitution du numérique physique vers le numérique en ligne porte sur une part de l'édition qui reste encore émergente (1,8 % du revenu net global, 2,5 % en comptant les revenus de diffusion numérique directe), alors qu'elle s'est produite brutalement pour la musique, sur 99 % du chiffre d'affaires global, puisque le contenu était déjà entièrement exploité sur support numérique physique avant de basculer en ligne. Pour le livre, même si désormais toutes les nouveautés sont disponibles simultanément en format papier et numériques, seuls 10 % des titres en vente sont effectivement disponibles sur papier et numérique. »



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.