medias

Explosion des ventes sur Kindle ? Des ventes... ou des téléchargements ?

- 02.11.2011

Edition - Economie - Kindle - publication - autoédition


Les expérimentations tarifaires n'en finissent plus, outre-Atlantique, parfois même aux dépens des auteurs eux-mêmes. Ainsi, James Crawford s'est retrouvé pantois devant un énorme pic de téléchargements de son roman, Blood Soaked & Contagious, qu'il avait commercialisé via la plateforme Kindle Direct Publishing.


Comme il en fait état sur son blog, il se trouve qu'Amazon a tout bonnement baissé le prix de vente de la version numérique du livre, après avoir découvert qu'un autre site le proposait pour un tarif moindre. Sans, évidemment, consulter l'auteur pour lui demander son avis.

 

Le procédé est décrit dans les conditions générales de vente d'Amazon : si le marchand découvre qu'un livre vendu via sa plateforme est commercialisé à un tarif préférentiel ailleurs, le prix baisse et s'aligne automatiquement.

 

Donc tout cela serait tout bel et bon, s'il n'y avait un petit souci : la version en question, dénichée chez Barnes & Noble n'est qu'un extrait présentant les trois premiers chapitres du roman.

 

 

Sauf que cette version est proposée gratuitement. Voilà qui permet de comprendre pourquoi le pic de téléchargement a ainsi augmenté : l'ebook était gratuitement proposé par Amazon.

 

Aussitôt, l'auteur prend son plus beau clavier, envoie un email aux responsables de KDP, pour savoir ce qu'il en est. La réponse fait frémir : si Amazon n'a pas opposé de résistance, et remis le livre à son habituel tarif de vente, l'auteur devra s'asseoir sur les pertes subies durant la période où le livre a été gratuitement mis à disposition des internautes.

 

« Merci de votre compréhension et de votre patience », conclut Amazon...