Face à la censure des mairies, des bibliothèques démunies

Nicolas Gary - 31.10.2015

Edition - Bibliothèques - censure bibliothèque - professionnels politiques


Un monstre sans visage, la censure, qui sourit largement avant de poignarder. L’association Bibliothèques en Seine-Saint-Denis décide de sensibiliser le public à ces manifestations insupportables de menaces qui pèsent sur les établissements. Depuis plusieurs mois, indique-t-elle, et sans que cela ne concerne une tendance politique propre, l’association constate chez les « exécutifs locaux une multiplication d’attitudes en contradiction avec la vocation pluraliste des bibliothèques ».

 

Badge L'ABF contre la censure

Badge de l'ABF (dessin de Claude Ponti) (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

Au cours du 60e Congrès de l’Association des Bibliothécaires de France, en juin 2014, la question de la censure avait été longuement évoquée. Il faut se souvenir de la polémique liée à Jean-François Copé et l’ouvrage Tous à poil, pour comprendre ce qui avait jeté de l’huile sur le feu.

 

L'ancien président de l'UMP s'était affolé en découvrant un ouvrage destiné aux enfants, où tout le monde était mis "à poil". « Quand j’ai vu ça, mon sang n’a fait qu’un tour. Ça vient du centre de documentation pédagogique, ça fait partie de la liste des livres recommandés aux enseignants pour faire la classe aux enfants de primaire », expliquait-il, consterné. Mais le censeur ne s’arrête pas à la première polémique. 

 

Des attitudes inadmissibles à l'encontre des professionnels

 

De son côté, l’association de Seine-Saint-Denis ne doute pas que les comportements qu’elle observe « sur le département n’est pas isolé, d’autres territoires on le sait, sont touchés par cela et de nombreux bibliothécaires se sentent assez démunis face à de tels agissements au sein de leurs municipalités (toute tendance politique confondue) et ne savent pas vers quelles instances se tourner pour le signaler, le “dénoncer”... »

 

En juin 2014, l’ABF avait dénoncé fermement les tentatives répétées pour faire disparaître des livres des établissements de prêt. Il s’agissait alors d’une liste de 70 livres de littérature jeunesse, touchant à l’égalité femme-homme et traitant également de l’homosexualité. 

 

En Seine-Saint-Denis, on tente d’en appeler à la vocation même des bibliothèques, que l’on retrouve dans le Manifeste de l’UNESCO : 

 

La bibliothèque publique, porte locale d’accès à la connaissance, remplit les conditions fondamentales nécessaires à l’apprentissage à tous les âges de la vie, à la prise de décision en toute indépendance et au développement culturel des individus et des groupes sociaux. Les collections doivent refléter les tendances contemporaines et l’évolution de la société de même que la mémoire de l’humanité et des produits de son

imagination.

 

 

L’association souhaite dans ces conditions alerter élu.e.s, professionnel.le.s, publics, artistes, auteur.e.s sur ces dérives, qui prennent des formes diverses : contrôle des listes d’acquisition, censure complète ou partielle d’expositions, de rencontres… et vont à l’encontre du travail des bibliothécaires qui œuvrent à « favoriser la réflexion de chacune et chacun par la constitution de collections répondant à des critères d’objectivité, d’impartialité, de pluralité d’opinion, à ne pratiquer aucune censure et à offrir aux usagers l’ensemble des documents nécessaires à sa compréhension autonome des débats publics et de l’actualité ». (déclaration de l'ABF, en lien ci-dessus)

 

Lieu de la citoyenneté et de la démocratie

 

« Rappelons l’importance de la confiance accordée dans l’exercice de leurs missions aux professionnels de la lecture publique, experts en leur domaine, qui ne doivent subir aucune forme de censure, idéologique, politique, religieuse ou commerciale. Plus que jamais la bibliothèque et les professionnels qui œuvrent toute l’année en direction de tous les publics sans distinction d’âge, de sexe, de catégorie socioprofessionnelle doivent être soutenus dans leur travail.

 

En Seine-Saint-Denis comme ailleurs les bibliothèques sont un lieu privilégié d’accès au savoir, à la culture, à la création la formation et aux loisirs. Elles contribuent ainsi à rendre possible pour tous la formation et l’exercice de l’esprit critique, condition sine qua non de la pratique de la citoyenneté au sein d’une société démocratique. »

 

Elle encourage alors à signer une lettre ouverte, publiée à cette adresse, de sorte que quiconque puisse s’exprimer et témoigner, non seulement de son inquiétude, mais également de son attachement – les deux sont assez indissociables – pour les bibliothèques.

 

 


 

 

Rappelons qu'en matière de censure ou de pressions diverses, les bibliothécaires peuvent se tourner vers le comité d’éthique de l’Association des Bibliothécaires de France, représenté par Gérard Briand, ancien président de l’ABF, Françoise Danset, ancienne présidente de l’ABF, Michel Melot, ancien président du Conseil Supérieur des Bibliothèques et Georges Perrin, ancien Inspecteur général des Bibliothèques. Le comité n’effectuera aucune démarche, mais fournira aux bibliothécaires un soutien et des conseils pour les différents recours adéquats.

 

Ces derniers mois, l’ABF a encore dû signaler des comportements inadmissibles – comme celui du président du Conseil général de la Somme, qui avait annulé une exposition à la bibliothèque départementale. Baptisée « Pour adultes seulement : quand les illustrateurs de jeunesse dessinent pour les grands », elle avait déplu à Christian Manable, pour qui la collectivité ne devait pas s’associer à une pareille approche de la sexualité. 


Pour approfondir

Editeur : Beaux Arts Editeurs
Genre : monographie /...
Total pages : 239
Traducteur :
ISBN : 9782842788384

L'art face a la censure ; cinq siecles de luttes et de transgressions

de Collectif

La censure sur les oeuvres d'art existe depuis des siècles, elle fut d'abord l'apanage de l'Eglise, grande spécialiste de la mise à l'index et des autodafés, qui livra une véritable guerre contre les images, censurant ce qui s'éloignait des canons officiels. On pouvait penser qu'après la révolution de 1789, la censure allait reculer devant la raison. Mais dès 1793 un décret propose la destruction des gisants de Saint-Denis et une vague de vandalisme détruit de nombreux chefs d'oeuvre du patrimoine. Au XIXe siècle, la censure est surtout politique et s'attaque à la presse, notamment ses illustrateurs tel Daumier. La liste des artistes frappés par la censure religieuse ou étatique est longue : Courbet, Manet, Munch, Schiele, Malévitch, Picasso, Dali... Fer de lance de la paranoïa dans les régimes totalitaires, la censure n'existe plus officiellement dans les pays démocratiques, mais elle emprunte des voies plus insidieuses : pressions contre les musées, dénonciations calomnieuses, interdictions à certaines catégories de public. Les artistes n'ont pas fini de se battre contre les hérauts de l'ordre moral et les conservateurs de tous ordres. Car la censure pose la question des limites de l'art : que peut-on ou que doit-on représenter ? pour quel public ? Jusqu'où l'art peut-il aller trop loin ? A travers un choix d'un cinquantaine de cas de censure, de la Renaissance à nos jours, Thomas Schlesser, historien de l'art et romancier, invite à redécouvrir des chefs d'oeuvre méconnus, des tableaux scandaleux, des gravures interdites, des films censurés. Du procès de Véronèse aux photographies récemment censurées de Larry Clark, en passant par l'iconoclasme de la Réforme, les scandales Courbet et Manet, l'emprisonnement de Daumier ou d'Egon Schiele ou l'exposition d'art dégénéré organisée par les Nazis, l'auteur raconte en détails, à l'aide d'anecdotes, de documents et de commentaires détaillés, l'histoire de ces oeuvres, qui ont affronté les pouvoirs en place et qui ont témoigné de la progression de la liberté en art. Raconter les épisodes de censure, c'est en effet voir tout à la fois ce qu'on attend et ce que l'on craint de la création, c'est surtout mesurer le pouvoir des images et le désir de contrôle que l'autorité cherche à exercer sur elle. C'est donc raconter une histoire des consciences.

J'achète ce livre grand format à 39.90 €