Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Face à la crise financière Atrabile lance son appel aux soutiens

Julien Helmlinger - 20.12.2013

Edition - Les maisons - Atrabile - BD - Maison d'édition


Une crise financière de grande ampleur menace les éditions Atrabile, maison suisse indépendante et spécialisée, considérée comme l'un des piliers de la bande dessinée genevoise. L'entreprise fondée en 1997, par Daniel Pellegrino et Benoît Chevallier pour promouvoir les bulles littéraires locales avant d'élargir ses horizons artistiques, voit actuellement ses ventes dégringoler. Elle sollicite en conséquence les soutiens publics et privés sous diverses formes, notamment par la création de l'Association des amis d'Atrabile.

 

 

 

 

La phase actuellement traversée par les éditions Atrabile semble délicate. Avec une petite vingtaine d'années d'exercice au compteur, publiant notamment Frederik Peeters, la petite structure genevoise basée boulevard Saint-Georges rencontre une crise financière d'une ampleur jamais rencontrée dans la maison. L'heure serait désormais à « l'avis de tempête » selon la Tribune de Genève.

 

Dans ce secteur en proie à de vifs chamboulements qu'est celui du livre et de la BD, les ventes de l'enseigne se sont cassé la figure. Elle rejoint ainsi d'autres éditeurs BD indépendants francophones tels que Vertige Graphic, Cornélius ou les Requins Marteaux dans la zone de turbulences.

 

Daniel Pellegrino, cofondateur d'Atrabile, établit son constat : « Ça ne va pas fort. En 2012, notre chiffre d'affaires a connu une baisse de 50 %. Le premier semestre 2013 a été plus terrible encore, avec une nouvelle baisse de 50 % par rapport à 2012. »

 

En conséquence de quoi l'éditeur a été contraint de prendre des mesures sans tarder. Atrabile a sollicité la Ville, l'État, et diverses fondations privées. Certains ont répondu favorablement, ce qui aura permis de combler un trou d'environ 100.000 francs, soit près de 82.000 euros.

 

Une Association des amis d'Atrabile a été en outre créée pour l'occasion, avec des cotisations annuelles s'échelonnant à partir de 50 francs pour un membre simple, entre 100 et 500 francs pour un membre donateur, voire davantage pour compter au rang des membres bienfaiteurs. Une soixantaine d'adhérents auraient d'ores et déjà répondu à l'appel.