Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Faire de la France une nation de lecteurs, car “l’homme qui lit atteint l’universel.”

Nicolas Gary - 16.05.2017

Edition - Société - Emmanuel Macron président - France lecture livres - Eric Emmanuel Schmitt


Être membre de l’Académie Goncourt depuis un en et demi – arrivé en même temps que Virigine Despentes – confère une certaine aura. Ainsi Eric-Emmanuel Schmitt, romancier et dramaturge, vient de dégainer un courrier à Emmanuel Macron. Une lettre qui rappelle les origines littéraires de la nation française... 

 

Eric Emmanuel Schmitt
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« Emmanuel Macron, jeune (ça ne dure pas), intelligent (ça dure), doué (ça aide), humaniste (ça se cultive), modeste (ça s’oublie facilement), ambitieux (du moment que c’est pour la France, et pas pour lui), dégage un dynamisme optimiste que j’espère contagieux et dans lequel nous gagnerions à nous reconnaître », écrit EES. 

 

Et de rappeler que la France est donc bien un pays de livres, d’auteurs, de littératures plurielles et que si l’on appelle le français la langue de Molière, c’est qu’il y a bien une raison. Probablement parce que la langue de Shakespeare était déjà prise, cela dit. 
 

“Monsieur Macron : La poésie doit être votre absolue priorité”

 

EES enjoint donc le nouveau président à faire son possible – mais ce dernier n’a-t-il pas déjà avoué qu’il aurait été aimé être écrivain ? – pour que la littérature resplendisse. 

 

« L’homme qui lit atteint l’universel. Il n’incarne plus un seul groupe, des intérêts précis, une classe sociale, un étage de la société, non, il transcende les définitions et ne connaît plus rien d’étranger. Il épouse le multiple dans sa complexité. Et qu’est-ce qu’un président, sinon celui qui épouse le multiple dans sa complexité ? »

 

Tribune à retrouver sur Le Monde.