Faire de la lecture “une cause nationale, y compris pour les adultes” (Vincent Monadé)

Nicolas Gary - 28.06.2016

Edition - Société - lecture jeunes livres - plaisir lire jeunes - lecture cause nationale


Dans le cadre de l’étude dévoilée, ce jour par le Centre National du livre, le président de l’établissement, Vincent Monadé, revient sur les résultats. « Les jeunes lisent et plébiscitent la lecture en tant que loisir, c’est désormais très clair. Ils sont d’ailleurs très peu à détester lire. » 4 % en effet, de quoi inciter à réfléchir sur les politiques publiques.

 

Vincent Monadé - Présentation du Salon Livre Paris 2016

Vincent Monadé - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« Il faut mobiliser le public autour du plaisir de lire. Les grands événements porteurs sont ceux qui ont compris cela, des “Correspondances” » de Manosque au “Marathon des mots” » de Toulouse, de ‘Pop philo » à Marseille à la ‘Cité de la philo » à Lille… L’école apprend à lire, nous, nous devons apprendre le plaisir de la lecture », affirmait déjà le président du CNL en mars 2014. 

 

Deux ans plus tard, l’enquête sur la lecture et les jeunes permet de mieux comprendre les enjeux. « À partir du collège, c’est certain, ils se montrent moins intéressés. Pourtant, ils lisent durant leurs périodes de loisirs. Cela confirme l’idée que Partir en livre, la Fête du livre pour la jeunesse, doit se dérouler durant cette période estivale, où la détente est primordiale. »

 

Il est vrai que la lecture obligatoire devient moins séduisante, après le primaire, parce que les personnes évoluent : « Un adolescent, une adolescente découvriront d’autres centres d’intérêt, des loisirs différents, de même qu’ils s’éloignent de leurs parents – qui sont, durant une période, leurs premiers lecteurs. » Avec, toutefois, une nuance, les garçons délaissent plus rapidement les livres que les filles, un éternel constat.

 

Au demeurant, le livre résiste encore « à Internet, autant qu’aux autres activités numériques – que ce soient les applications, les jeux vidéo. En fait, on découvre que c’est du côté de la télévision que la concurrence est la plus forte. Mais dans l’ensemble, la lecture est toujours présente ». 

 

La réflexion que l’établissement veut mener, « porte sur la manière dont on aide les jeunes à trouver des livres susceptibles de leur plaire, et comment s’en emparer ». Au cœur de la politique du ministère de la Culture, on retrouvait à ce titre l’Education Artistique et Culturelle, menée au sein des classes. « Il importe de placer le plaisir de lire au cœur de la formation. Dans le même temps, l’école est là pour leur apprendre, et il est compréhensible – sinon normal – que certaines des lectures ou des enseignements soient rébarbatifs ».

 

Ce qui importe le plus dans cette étude, « c’est que les jeunes plébiscitent la littérature, pour leurs loisirs ». Ainsi, le CNL proposera de nouvelles activités dans le cadre de Partir en livre, avec des soirées développées pour les ados. « Nous allons aussi préparer quelque chose autour de la fanfiction, mais également travailler avec les booktubers. On constate l’influence qu’ils peuvent avoir, quand on les voit émerger dans les enquêtes. »

 

Le reste devient un enjeu national : « Voir combien les inégalités sociales et familiales peuvent influer sur la lecture des jeunes est crucial. Plus les parents lisent, plus les enfants lisent : plus que jamais, les politiques publiques en matière de lecture sont primordiales. Nous devons faire de la lecture une cause nationale, y compris pour les adultes. »

 

L’étude présentée ce matin au Centre national du livre indique que les filles sont plus nombreuses à lire par goût personnel que les garçons (87 % vs 70 %). En revanche, les garçons qui lisent par goût personnel lisent plus de livres que les filles. Finalement un nombre de livres lus sensiblement équivalent quel que soit le sexe. 

 

La lecture prescrite est très présente : 89 % des jeunes lisent des livres pour l’école ou leur travail, mais l’intérêt suscité par ces livres est très mitigé et n’emporte que 52 % d’agrément. Seulement 65 % des élèves trouvent ces livres faciles à lire alors que 46 % les trouvent ennuyeux. Lire est par ailleurs une activité de loisir très importante : 78 % des jeunes lisent des livres par goût personnel dans ce cadre.

 

Elle sera dévoilée dans son intégralité ultérieurement.