Ambulance et téléphone, un duo gagnant pour l'avenir des drones 

Julie Torterolo - 10.08.2015

Edition - Economie - drone - Ambulance - Silicon Valley


Livreur à domicile, émetteur internet, ou encore petit outil scientifique volant... Le drone est revendiqué à tout va. Il est depuis quelques années le sujet phare des grosses firmes Américaine tel que Facebook ou Amazon. Mais comme pour toute nouvelle technologie, le drone suscite encore de nombreuses questions techniques. Une des plus basiques, mais des plus précieuses : comment établir un lien entre le sol et l’objet volant ? Un défi auquel tente de répondre une équipe de chercheurs de l’Université Carnegie Mellon, en pleine Silicon Valley grâce à... une vieille ambulance. 

 

Drone

Crash Symbols, CC BY-NC-ND 2.0

 

 

Pour nombreux scientifiques, les réseaux mobiles se sont vite imposés comme la solution idéale pour communiquer entre un drone et la terre ferme. Une ombre vient cependant noircir le tableau : lesdits réseaux sont conçus pour couvrir le sol uniquement, endroit où se trouve assez logiquement la grande majorité de ses clients. Obtenir un signal fiable à une centaine de mètres de hauteur est ainsi devenu un défi pour les scientifiques. 

 

C’est à ce moment-là qu'une ambulance entre en jeu. L’équipe de chercheurs de l’université de Carnegon ont effet retapé une vieux modèle, pour le convertir en émetteur roulant. Il suffit ensuite d’attacher des téléphones sur les drones, et mesurer les signaux. 

 

« Nous avons construit, dans cette vieille ambulance, un réseau cellulaire complet », explique Bob Lannucci, chef du Centre de recherche sur la mobilité, CyLab, situé non loin d’un des laboratoires de recherches de la NASA, en Californie. « Nous avons la capacité d’aller partout et mettre en place une grande antenne. Nous créons ce que nous appelons une bulle cellulaire de couverture, et on connecte le tout par satellite », continue-t-il. 

 

Plus récemment l’équipe s’est associé avec la Commission géologique des États-Unis afin de croiser mesures radio et terrain environnant. Le but de toute la manœuvre étant, donc, d’optimiser les réseaux mobiles, afin que les drones puissent facilement communiquer avec la terre ferme, et ce pour le plus grand plaisir des grandes entreprises américaines. (via PcWorld)